Violeur au-delà du périph’, séducteur en deçà

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Racisme et sexisme dans l’affaire DSK

Le texte qui suit est extrait d’un livre coordonné par Christine Delphy,  Un troussage de domestique, qui fera l’objet d’une rencontre-débat au Lieu-Dit (rue Sorbier, Paris 20ème), le jeudi 15 septembre 2011 à 19h, avec plusieurs des auteures du livre : Clémentine Autain, Sophie Courval, Christine Delphy, Rokhaya Diallo, Béatrice Gamba, Michelle Guerci, Christelle Hamel, Natacha Henry, Sabine Lambert, Marie Papin, Emmanuelle Piet, Najate Zouggari et plusieurs membres des TumulTueuses.

Dans le traitement médiatique du « troussage de domestique  », les journalistes français ont, pour les moins personnellement affectés d’entre eux, voulu faire preuve de « retenue ». Ainsi, le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) a-t-il, dès le 17 mai, engagé les télévisions à ne pas diffuser d’images de l’accusé menotté, conformément à une présomption d’innocence médiatique dont ne jouissent que trop rarement les inculpés de banlieue. Selon donc que vous soyez un jeune Noir de cité ou un vieux politicien blanc, les jugements médiatiques vous rendront sans la moindre retenue odieux violeur ou – « avec retenue » – séducteur malheureux.

Dans ce partage raciste des violences sexistes, il est également sous-entendu que seuls les hommes de la première catégorie détestent les femmes, de façon innée (chez ces gens- là) ou acquise (à cause de leur culture et de leur religion). Les hommes violents cultivés dans la culture dominante, à rebours, aiment les femmes – on dira souvent d’eux qu’ils les aiment mal, voire trop. Ainsi, la violence des élites sera-t-elle systématiquement justifiée dans la sphère des médias dominants............

.

Bagatelles pour un viol : la défense médiatique de DSK

Violeur : vérité au-delà du périph’, séducteur en deçà 

Plongée exotique dans la « communauté de celle qui accuse DSK »

 

par Najate Zouggari, 14 septembre

lmsi.net/Violeur-au-dela-du-periph

Commenter cet article