Garden-party annulée : Royal dénonce une opération "improvisée" dans la "panique"

Publié le par desirsdavenirparis5


La présidente de Poitou-Charentes explique à Nouvelobs.com les commandes pour l’événement organisé par l’Elysée ont déjà été passées. Les entreprises concernées devront donc être dédommagées.

L'ex-candidate socialiste à la présidentielle Ségolène Royal, ici lors du Conseil de l'Internationale socialiste, à New York, le 21 juin 2010. (AFP)

"C’est une opération de communication improvisée qui révèle une certaine panique", dénonce à Nouvelobs.com mercredi 23 juin Ségolène Royal, au sujet de la décision de Nicolas Sarkozy de supprimer la traditionnelle garden-party de l'Elysée.

  •  

Quelques heures plus tôt, des sources concordantes au gouvernement et à l’UMP confirmaient la décision du chef de l’Etat, révélée dans la matinée par la presse. Raison invoquée : le contexte économique.

En 2009, le coût de l’événement, organisé tous les ans le 14 juillet, c’était élevé à 732.826 euros, soit 100 euros par personne invitée (7.500 selon Matignon), une dépense jugée excessive en temps de crise et, surtout, qui fait tâche au moment où le gouvernement, au plus bas dans les sondages, annonce des mesures d’austérité.

Mercredi midi, en rendant compte des travaux du Conseil des ministres, le porte-parole du gouvernement, Luc Chatel, a insisté sur la nécessaire "exemplarité" des ministres et du gouvernement en ces temps d'austérité budgétaire et d'"affaires".

Cette année, la garden-party, annulée trois semaines avant sa tenue, ne devrait donc pas coûter un centime au contribuable Français, peut-on penser. Mais pour Ségolène Royal, il n’en est rien.

"A cette date et pour une réception aussi importante, les commandes aux entreprises sont toutes déjà passées. Soit les entreprises sont en difficulté, soit il va falloir les dédommager", croit savoir la présidente de la région Poitou-Charentes.

"Ce que l’on attend pour rétablir les valeurs morales, ce sont des décisions plus sérieuses et notamment la suppression du bouclier fiscal et le maintien des droits à la retraite", ajoute-t-elle.

L’année dernière, le coût correspondant aux traiteurs s’était élevé à 313.618 euros, les aménagements de tentes avaient coûté 295.921 euros et les vins et le champagne à 43.128 euros. Quant aux frais divers (nettoyage, impression et extras), ils étaient montés à 80.159 euros, selon Matignon.

 

(Tristan Berteloot - Nouvelobs.com)

Publié dans Ségolène Royal

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article