*Voter aux primaires*

Publié le par desirsdavenirparis5

@font-face { font-family: "Cambria"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; }


J’ai toujours considéré que le choix de notre candidat aux primaires devait être laissé à la libre appréciation des électeurs. C’est le principe même de la démarche que nous avons engagée. C’est pourquoi je n’ai jusqu’alors pas voulu m’associer à des appels qui rappelaient trop la triste logique de nos congrès. Mais parce que je suis un responsable politique, ayant à ce titre des comptes à rendre, j’avais indiqué que je ferais connaître ma préférence en temps utile.

Mon choix est dicté non par l’attachement ou la fidélité à une personne mais d’abord à un projet et à des idées. N'a-t-on pas vu des dirigeants ne donner à leurs choix d’autre justification que la capacité supposée de tel ou tel à séduire, à entraîner, à rassembler sans jamais que l’on s’interroge sur la continuité de ses engagements ni sur la force de ses propositions ? Pour ma part, la seule leçon que je crois pouvoir tirer des années écoulées, c’est l’absolue nécessité de poursuivre sans relâche l’effort de rénovation du Parti socialiste, de son organisation comme de son fonctionnement et de son projet. Cet effort n’a connu récemment que fort peu de résultat pour se limiter justement à l’organisation de primaires. Pour le reste, tout est à faire. C’est le sens du combat que je mène contre les courants qui mettent notre parti en péril. C’est le sens du soutien que j’ai apporté à Ségolène Royal pour la présidentielle de 2007 et au congrès de 2008. C’est donc le sens du vote que j’exprimerai en sa faveur, et à titre personnel, le 9 octobre.

La démarche à laquelle elle s’est identifiée est aujourd’hui ralentie. Peut-être même échouera-t-elle. Mais, quoi qu’il arrive, la volonté de changement qu'elle incarne ne doit pas être abandonnée. Nous n’en avons pas fini en effet avec le travail de rénovation. Le Parti socialiste ne pourra réussir, demain, une fois l’alternance obtenue, que s’il s’inscrit dans une ligne novatrice dans sa manière de gouverner - celle du dialogue, de la concertation - comme dans le contenu de son projet.

Gaëtan Gorce Député de la Nièvre

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article