Vigueur et développement de la solidarité internationale avec la Palestine

Publié le par desirsdavenirparis5


Les missions humanitaires, d’amitiés et de solidarité internationales avec la Palestine « Flottille pour Gaza II » et « Bienvenue en Palestine » qui ont été empêchées de se réaliser ces dernières semaines ne sont pas ressenties par les participants, les organisations et associations qui en étaient parties prenantes, comme un échec ou la fin de la montée dans, l’opinion publique mondiale, d’un mouvement de soutien à la Cause palestinienne. 

Ce soutien se nourrit chaque jour et partout du besoin grandissant de justice et de dignité pour tous les peuples, à commencer par les Palestiniens qui subissent, depuis plus de 60 années, les conséquences du besoin de soulagement de la mauvaise conscience de l’Occident vis à vis des juifs.

L’Etat d’Israël, né de la partition de la Palestine par un vote des Nations Unies en 1948, s’appuie sans vergogne sur ce fond de commerce pour brimer et écraser, dans l’impunité la plus totale, des populations qui ne sont en rien responsables des persécutions, pogroms et exterminations dont les juifs ont souffert pendant des siècles sous d’autres cieux que ceux de la Palestine, tout en lui déniant le droit à une existence nationale.

Une possibilité se fait jour aujourd’hui pour la reconnaissance de l’Etat Palestinien dans les termes que les Palestiniens eux-mêmes définiront lors de la présentation de leur requête en ce sens aux Nations Unies.

C’est une belle opportunité pour les énergies qui se sont mobilisées et se mobilisent chaque année pour soutenir les Palestiniens, de rebondir sur cette perspective en donnant aux liens tissés, depuis deux ans en ces occasions, la forme d’un groupe de pression citoyen international pour faire campagne et agir dans le sens d’un vote positif.

En mai 2010, la marine israélienne arraisonnait, avec une brutalité dénoncée par le monde entier, un convoi maritime composé de huit cargos, la « Flottille de la liberté », dans les eaux internationales de la Méditerranée.

Ce convoi acheminait un important tonnage d’aide humanitaire et de matériaux de construction pour les populations de la bande de Gaza soumises, depuis la prise de contrôle de ce territoire palestinien par le Hamas en juin 2007, à un implacable blocus israélien et égyptien, et durement éprouvées par ailleurs par l’offensive de destruction et de tueries massives, connue, de sinistre mémoire, sous le nom d’ « Opération plomb durci » de l’hiver 2008/2009.

L’intervention de la marine israélienne contre la « Flottille de la liberté » avait coûté la vie à 9 des 682 passagers originaires de 42 pays qui participaient à cette mission humanitaire internationale.

Un an à peine après ce massacre, deux autres évènements témoignant à la fois de la vigueur et de la montée du mouvement de soutien et de solidarité pour la Palestine au sein de l’opinion publique internationale ont, de nouveau, occupé le devant de la scène ces dernières semaines. Il s’agit de la 2ème flottille pour Gaza ou « Flottille pour Gaza II » et de la mission internationale appelée « Bienvenue en Palestine".

La « Flottille pour Gaza II » comprenait une douzaine de bateaux sur lesquels s’activaient plusieurs centaines de participants de 22 nationalités différentes en vue d’appareiller pour Gaza, avec, tout comme précédemment, dans les soutes de leurs bâtiments, un chargement d’aide humanitaire.

Cette entreprise de solidarité avec la Palestine a été immobilisée dans les ports de Grèce, grâce au zèle du Premier ministre ‘’socialiste’’ grec et de son gouvernement, confrontés, par ailleurs, à la résistance acharnée de leurs concitoyens à la politique d’austérité imposée par le FMI et l’Union européenne, face à une crise économique et financière profonde dont ils ne veulent, en aucun cas et à juste titre, accepter de faire les frais.

Parallèlement, un autre projet de solidarité internationale avec la Palestine a été porté à la connaissance du grand public, début juillet, par le retentissement médiatique des conditions dans lesquelles sa réalisation a été empêchée. Le théâtre des opérations n’était pas, cette fois, les ports grecs, mais les aéroports européens et d’Amérique du Nord.

Il s’agit de la mission internationale « Bienvenue en Palestine » Ce projet devait voir arriver par avion, via l’aéroport Ben Gourion de Tel-Aviv, 650 participants dont 300 Français, à bord d’une cinquantaine de vols réguliers, en provenance de plus d’une quinzaine de capitales et de villes européennes et d’Amérique du Nord. ..........

 


Jean-Marie TOKO, sociologue-démographe.

www.agoravox.fr/actualites/international/article/vigueur-et-developpement-de-la-97661#forum2987761

Publié dans Proche-Orient

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article