Verbatim de la conférence de presse de SR et communiqués de J-L Bianco et G. Garot

Publié le par desirsdavenirparis5

Lettre à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy

La Chancelière fédérale et le président de la République ont une responsabilité majeure, celle de redonner confiance en ouvrant des perspectives solides pour l'Europe.

Je suis une Européenne convaincue et je souhaite que cette réunion soit utile. Je ne peux pas imaginer comme on l'entend ici ou là qu'il ne sortira rien de cette rencontre entre Angela Merkel et Nicolas Sarkozy.

À un moment où nous souffrons de la crise, les peuples d'Europe attendent de leurs dirigeants politiques qu'ils prennent leurs responsabilités et prennent des décisions efficaces de nature à protéger le bien être, l'emploi, la croissance économique, en imposant des règles strictes aux institutions financières.

Les citoyens européens sont inquiets des dérèglements financiers. La finance ne sert plus qu'elle-même, nourrie par des produits spéculatifs sans règles, au lieu d'être au service du développement économique et de la lutte contre le chômage. Il en résulte une grave menace pour le niveau de vie des Européens.

Je souhaite donc aider à la réussite de cette rencontre, c'est pourquoi j'ai adressé aux deux chefs d'États une contribution, en tant que Vice-présidente de l'Internationale Socialiste et en tant qu'ancienne candidate à la dernière élection présidentielle française.

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy se sont déjà réunis le 21 juillet 2011 à Berlin et, conjointement, ont fait une déclaration commune qui allait dans la bonne direction. En effet, ils s'étaient engagés en faveur d'une "meilleure gouvernance économique de la zone euro" et souhaitaient favoriser "une convergence des économies européennes afin d'accélérer l'intégration au sein de la zone euro".

Aujourd'hui, ils doivent enfin donner un signal politique déterminant. Je crois que l'on peut travailler collectivement à des rapprochements : il y a  des divergences ? Travaillons aux convergences.

Le refus de mutualiser la dette par les Eurobonds s'explique, pour le ministre des finances allemand, par la crainte qu'appliquer les mêmes taux à tous les pays sanctionnerait les bons élèves. Néanmoins, nous devons déboucher aux Eurobonds pour emprunter ensemble et ainsi baisser les taux d'intérêts, freiner la spéculation et au final baisser la dette. Pour répondre à l'inquiétude de l'Allemagne, proposons donc, en contreparties de ces Eurobonds, une obligation d'adhérer à de nouvelles règles budgétaires et fiscales européennes.

Je fais 5 propositions pour aboutir concrètement à la mise en place des annonces franco-allemandes du 21 juillet dernier :

1/ La mise en place d'un ministre commun franco-allemand des finances.

2/ La création d'un véritable gouvernement économique de la zone euro, capable d'agir, chargé d'arrêter les stratégies budgétaires et fiscales évoquées plus haut : c'est-à-dire, la justice fiscale et la lutte contre les déficits, qui ne doit pas être synonyme d'austérité.

3/ L'interdiction pour les établissements financiers de spéculer sur les dettes publiques. Rappelons-le, quand ils spéculent sur les dettes publiques, ils spéculent sur le malheur des peuples.

4/ L'adoption d'un plan de relance pour l'activité économique des entreprises et en particulier pour les PME. Il faut insister sur les nouvelles filières de développements industriels comme la croissance verte et les transports propres. Cela pourrait être financé par la taxe sur les transactions financières. Le Parlement européen a adopté une résolution en ce sens le 8 mars 2011, ainsi que l'Assemblée nationale en juin dernier, à l'initiative du PS et du SPD. Il est temps de passer des votes à l'action. J'attends de la réunion de ce jour qu'un calendrier précis et concret soit adopté.

5/ Convoquer les Parlements français et allemands le même jour ou la même semaine pour instaurer l'indispensable débat démocratique, qui d'ailleurs facilitera des convergences. On ne peut pas s'opposer aux peuples à qui on demande de faire des efforts. Ils attendent des garanties sur la juste répartition de ces efforts et sur le fait que les décisions prises vont anticiper la prochaine crise.

Les décisions politiques doivent être plus rapides et plus fortes que les règles qui président aux marchés financiers qui ne cessent de rechercher des profits sur le dos des peuples.

La France et l'Allemagne sont deux grandes puissances qui doivent être capables de converger pour mettre en place des mesures capables de protéger leurs citoyens en relançant l'activité économique et en défendant leur niveau de vie.

Cette crise dramatique, soit nous la subissons, soit nous en saisissons l'opportunité pour changer les règles du jeu et remettre les choses dans le bon ordre : la finance au service de l'économie, elle-même au service du bien-être des peuples.

Ségolène Royal
----------------

COMMUNIQUÉ DE PRESSE DE JEAN-LOUIS BIANCO


Ségolène Royal écrit à Angela Merkel et Nicolas Sarkozy :
Face à la spéculation qui dicte ses conditions aux peuples européens, nous avons rendez-vous avec l'histoire

Angela Merkel et Nicolas Sarkozy n'ont pas été à la hauteur de l'enjeu.

À la sortie de leur rencontre à l'Élysée, ils ont simplement proposé "un véritable gouvernement de la zone euro" et ont repoussé à plus tard l'instauration d'une taxe sur les transactions financières. Rien sur la spéculation, rien sur les Eurobonds, aucune solution concrète.

Dans une lettre à leur attention, Ségolène Royal porte 5 propositions concrètes permettant une sortie de crise en y associant un vrai débat démocratique. Elle propose ainsi la création d'Eurobonds pour que les États de la zone euro empruntent ensemble afin de baisser les taux d'intérêts et donc de freiner la spéculation. Elle rappelle l'urgence d'un plan de relance européen pour réduire la dette en relançant l’activité économique en particulier avec les industries vertes.

Refusant de voir les acteurs financiers supplanter les représentants élus, elle a également demandé la convocation des Parlements allemand et français pour instaurer un véritable débat démocratique et transparent.

Dans le passé, François Mitterrand et Helmut Kohl avaient su rendre effectif le couple franco-allemand pour permettre la réalisation de l'Union européenne puis de l'euro. Aujourd'hui nos gouvernants ne sont pas à la hauteur. Alors, si selon Nicolas Sarkozy, on ne peut pas changer tout de suite le système, on peut au moins commencer par changer de Président en 2012.

Jean-Louis Bianco

Ancien secrétaire général de l'Élysée
Ancien Ministre
Député, Président du Conseil général des Alpes de Haute-Provence
------------------

Communiqué de presse de Guillaume Garot, porte-parole de Ségolène Royal

"Ségolène Royal, femme d'Etat"

Ségolène Royal s'est aujourd'hui adressée aux dirigeants français et allemands par une lettre à Nicolas Sarkozy et Angela Merkel.

Comme ancienne candidate à l'élection présidentielle et vice-présidente de l'Internationale Socialiste, elle a en effet une responsabilité particulière. La situation économique est à ce point préoccupante qu'elle appelle des prises de position courageuses, loin des positionnements polémiques.


C'est pourquoi Ségolène Royal a proposé un plan d'action en 5 points, pour relancer le moteur franco-allemand et apporter des réponses opérationnelles face au désordre des marchés financiers. En particulier, la création d'un poste de ministre franco-allemand des finances, chargé, aux côtés des ministres français et allemands de l'économie et des finances, de coordonner les politiques des deux pays, serait un signe puissant d'une volonté politique partagée. De la même façon, l'interdiction faite aux établissements bancaires de spéculer sur les dettes des États donnerait un coup d'arrêt à une des pratiques les plus contestables des marchés.

Ségolène Royal s'est posée en femme d'Etat, européenne convaincue, pour défendre la croissance et l'emploi en imposant enfin de nouvelles règles à des marchés financiers sans boussole.

Guillaume Garot
Député et maire de Laval
Porte-parole de Ségolène Royal


Adhérer à Désirs d'avenir en cliquant ICI
Blog : http://www.leblogdesegoleneroyal.fr
Compte Facebook: http://www.facebook.com/segoleneroyal

Compte twitter: http://twitter.com/royalsegolene

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article