Un Haut Fonctionnaire prend la place d’un élu parisien à l’AP-HP de Paris

Publié le par desirsdavenirparis5


  

Raoul Briet, conseiller maître à la Cour des comptes, membre du Collège de la Haute Autorité de Santé et président du conseil de surveillance du Fonds de réserve pour les retraites (FRR, appelée à disparaître), cet ancien directeur de la Caisse nationale d’assurance vieillesse des travailleurs salariés (CNAVTS) vient d’être élu au troisième tour à la place de J.M. Le Guen, député PS de Paris, président sortant du conseil d’administration de l’APHP de Paris.

 Voilà une des conséquences de la loi Hôpital patients santé territoire (HPST) : désormais les présidents du conseil de surveillance des hôpitaux (anciennement  Conseil d’Administration) ne sont plus systématiquement des élus.

Malgré qu’un consensus, ait été trouvé pour que les CHU ne voient pas la tradition ébranlée, le plus grand CHU de France a vu accéder hier à la présidence de son conseil de surveillance, un Haut Fonctionnaire  candidat présenté en tant que « personnalité qualifiée », par le directeur de l’Agence régionale de santé (ARS) d’Ile-de-France, Claude Evin.

  L’équipe du conseil de surveillance est désormais composée : cinq représentants des collectivités territoriales, cinq représentants du personnel et cinq personnalités qualifiées dont Raoul Briet

 Un lien perdu avec la Ville

Cette élection suscite, on le conçoit, de nombreux commentaires au moment où l’AP-HP qui n’a toujours pas adopté son plan stratégique pour la période 2010-2014 est l’objet de nombreuses critiques venant des personnels des établissements franciliens. Ainsi, le perdant, Jean-Marie Le Guen a dénoncé cette arrivée « téléguidée par l’Elysée », tandis que Bertrand Delanoë a regretté que n’ait pas été réaffirmé « le lien, si fortement historique, entre la Ville de Paris et l’Assistance Publique. Je regrette cette rupture supplémentaire du pacte de confiance entre l’Etat et les collectivités locales. (…). La légitimité de ce conseil de surveillance est grandement affaiblie » a-t-il analysé dans un communiqué rendu public hier.

Pas de fermeture à l’Hôpital Trousseau… ?

Déjà contesté avant même qu’il ait commencé à officier, le conseil de surveillance dont le rôle est notamment de se prononcer sur la stratégie du groupe et de contrôler sa gestion, doit désormais s’atteler à la finalisation du plan stratégique de l’institution francilienne.

 On le sait, les orientations dessinées ont été fortement contestées, tant par les centrales syndicales que par les représentants des praticiens fédérés au sein du Mouvement de défense pour l’hôpital public.

Ces dernières heures, c’est l’avenir de l’hôpital Trousseau qui est le plus vivement discuté. Le rapport rendu public la semaine dernière par un comité de médecins experts est peu rassurant pour tous ceux qui défendent la pérennité de ce centre pédiatrique de l’est parisien et de sa banlieue proche. Ces recommandations qui après avoir été examinées par le Conseil exécutif mardi 29 juin, doivent désormais être reçues par les communautés médicales concernées. Certes, les instances centrales et le Directoire de l’AP-HP révoquent à l’heure actuelle toute idée de fermeture totale de l’hôpital. « L’hôpital Trousseau, dont la fermeture n’a jamais été évoquée notamment en raison de sa vocation de centre de référence en périnatologie (…) verra ses activités de pédiatrie générale renforcées », résumait dans un communiqué récent l’AP-HP.

… mais des transferts en pagaille

Cependant, les transferts de nombreux services sont  envisagés ou « vivement conseillés ». Ainsi, seraient regroupés à Robert Debré les services de néphrologie et de gastro-entérologie de Trousseau. Seraient transférés à Necker-Enfants Malades, les enfants brûlés, tandis que les spécialités de neuro-pédiatrie rejoindraient l’Hôpital Bicêtre.

En ce qui concerne l’onco-hématologie, le comité d’experts n’a pas tranché entre un départ vers Robert Debré ou Necker.

Or, pour les différents chefs de service concernés, cette cascade de fermetures et de déplacements reste très inquiétante. « On classe toujours Trousseau comme un hôpital de pédiatrie lourde, mais si toutes les spécialités partent, ça va être dur », ironise ainsi le professeur de néphrologie, Albert Bensamn. Pour ce spécialiste, les arguments qui affirment que les restructurations permettront des meilleurs taux d’occupation des lits sont difficiles à étayer : « On ne peut pas supprimer des postes et fermer des lits et prétendre que la qualité des soins ne sera pas touchée », observait-il récemment cité par le quotidien La Croix.

 

 Plus précisément, le professeur Constant, coordonnateur du centre de traitement des grands brûlés de l’hôpital Trousseau qui rappelle les trente-trois années d’expertise de son service, dénonce le déplacement du service des enfants brûlés comme la manifestation d’une « logique de site prédateur au dépend d’une logique de soins » .

Paris, le jeudi 1er juillet 2010

Informations tirées  par  Dr.Jean Canet de l’article d’ Aurélie Haroche, paru Jeudi 1 Juillet 2010 dans le Journal International de Médecine (Jim.fr) 

 

Publié dans Santé-Sciences

Commenter cet article