Un climat crépusculaire

Publié le par desirsdavenirparis5

       

Effarement ? Dégoût ? Tristesse ? Colère ? On ne sait quel mot choisir. Ce n'est plus seulement Nicolas Sarkozy qui s'abîme aujourd'hui dans le feuilleton des affaires, c'est l'État lui-même, la morale publique, les grandes institutions. Nous baignons dans une atmosphère crépusculaire, étouffons dans un climat puant. Et nul ne peut dire sur quoi tout cela débouchera. Oh, certes, ce n'est pas la première fois que les « affaires » défigurent la République. Vérification faite dans mes archives, j'avais consacré pas moins de vingt « Paris-Province » aux divers scandales du deuxième septennat de François Mitterrand (Pelat, Tapie, Société générale, etc.). Ces chroniques n'étaient ni tendres ni joyeuses.

Il n'empêche ! Jamais, à aucun moment, l'État n'avait donné l'impression de se déliter aussi vite qu'aujourd'hui.

juillet 2010 08h22 | Par JEAN-CLAUDE GUILLEBAUD

www.sudouest.fr/2010/07/11/un-climat-crepusculaire-137237-755.php

Publié dans Morale-Moeurs-Loi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article