Turbulences dans la fourmilière socialiste

Publié le par desirsdavenirparis5

link Plus le délai fatidique de dépôt des candidatures à la Primaire approche, plus la fourmilière socialiste se trouve agitée de turbulences. Essayons de nous mettre à la place d’un Français : que comprend-il à ce curieux spectacle ?

La dimension adversative de la compétition

Ce Français constate d’abord que l’unité interne de ce parti souffre et se délite. On le doit sans conteste aux entreprises de sondage, qui jouent le rôle d’opérateur d’adversité. Car leur raison d’être est de devenir un révélateur de nouveauté, et de multiplier lesdites révélations en construisant des situations différentes d’adversité. C’est pourquoi nous avons eu successivement l’opposition fondatrice Sarkozy-DSK, puis l’épisode de la promotion de Marine Le Pen, à présent la phase d’élévation de François Hollande, en attendant demain la résurrection d’un(e) autre concurrent. Nul hasard dans cette succession : l’intérêt ne se maintient qu’avec la diversification des épreuves imaginaires pour épuiser la liste des cas de figure possibles.
[Lire la suite] [Télécharger

Dans ce feuilleton, il y a beau temps que tous les dirigeants socialistes – sauf Ségolène Royal – ont cédé à l’adoration des sondages. La meilleure preuve en est dans l’affirmation maintes fois répétée : « DSK est le mieux placé ». Par qui, sinon par le Dieu Sondage ? Et l’on bascule aussitôt dans la polémique à fleurets mouchetés ou aiguisés, selon les prédictions sondagières.

Comme la concurrence ainsi déclenchée aiguise les appétits, il faut se dissimuler sous les rituels de parole. Un peu de civilité, quand même ! C’est pourquoi, dans son premier meeting à Clichy-la-Garenne (27 avril), François Hollande a déclaré : « je n’entends pas fatiguer les Français par des polémiques, des joutes avec mes concurrents… ». Mais, glissant des feux des projecteurs à l’ombre des coulisses, les preuves du contraire existent. Car dans les sous-sols, où DSK et Martine Aubry campent depuis les premiers jours, les écuries se mettent en place, et les rapprochements tentent de se nouer.

Les affirmations selon lesquelles le mois de mai sera le mois du projet auront-elles force de loi ? Le PS ne se mettra-t-il pas à ressembler à un sombre marigot envahi de crocodiles ?.....

Les variations autour d’un stéréotype de discours

De l’extrême complexité à l’extrême simplicité


01 mai 2011

Noël Ne

www.da-nancy.fr/content/turbulences

Publié dans DA-PS

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article