Sur le Web, l'extrême droite révise les attentats d'Oslo

Publié le par desirsdavenirparis5

 Alors que le FN tente de maîtriser les dérapages en ses rangs, la blogosphère d'extrême droite se déchaîne sur le cas Breivik.

 

En parcourant ces sites et blogs, parfois qualifiés ensemble de « fachosphère » ou de « réacosphère », il apparaît que les militants d'extrême droite, des marinistes du Front national aux néonazis, appréhendent de façon toute personnelle ce qui s'est passé à Oslo.

Le plus fascinant à leur lecture, notamment celle des plus radicaux, est l'insensée bouillie idéologique qui y règne. Fantasy, jeux vidéo, 11 Septembre, croisades, chevaliers, hussards, nazis… se côtoient dans des textes et commentaires très inquiets de l'état du monde. Revue des obsessions extrêmes.

Breivik est franc-maçon, il n'est pas des nôtres

Non, Anders Behring Breivik, auteur présumé de la double attaque du 22 juillet, n'est pas d'extrême droite, écrivent de nombreux blogueurs. La preuve : il est franc-maçon. Plus encore : les médias « dominants » passent sous silence son appartenance franc-maçonnique.

 

« L'extrême droite fantasme la maçonnerie comme un grand rassemblement mondial alors que la franc-maçonnerie n'est pas univoque », souligne Yannick Cahuzac, spécialiste de l'extrême droite sur le Web.

« Que Brevik ait appartenu à un ordre maçonnique néotemplier n'est pas un argument pouvant remettre en cause son appartenance à l'extrême droite, d'autant que la franc-maçonnerie dans les pays du Nord et en Allemagne s'est développée selon des bases fortement religieuses à l'opposé de de la spiritualité laïque dont se réclament la majorité des loges françaises. »

 

 

L'hebdomadaire Minute, du 27 juillet, tient également à rétablir la vérité : Breivik est maçon mais aussi « pro-gay et sioniste ». Non, il n'est définitivement pas d'extrême droite mais est « un Norvégien complètement fou […] qui n'a pas supporté la métamorphose brutale de son pays en société multiculturelle avec tous les désagréments que ça comporte ».

Un nouveau Carpentras

Pour les blogueurs, il est entendu qu'Oslo est une nouvelle affaire Carpentras. En 1990, après la profanation d'un cimetière juif, les médias et plusieurs responsables politiques avaient un peu trop rapidement montré le FN du doigt.

 

Egalité et réconciliation, « think thank » nationaliste de tendance antisioniste fondé par l'écrivain Alain Soral, publie une analyse des réactions des politiques français aux attentats d'Oslo pour conclure au scandale :

 

« L'évènement majeur n'était pas dans l'incident lui-même mais dans son exploitation. Montée en épingle le jour-même, l'affaire prendra une ampleur nationale et le Front national est immédiatement montré du doigt […].

 

Le traitement des évènements tragiques d'Oslo, éclairé à la lumière de cet épisode passé, semble de nouveau être un bel exemple d'instrumentalisation. »

 

 

Riposte Laïque, mouvement qui refuse toute étiquette politique, a pourtant recours à la même rhétorique. Dans un édito intitulé « On ne nous refera pas le coup de Carpentras », la gauche est accusée de délire et de diffamation pour l'affaire de la profanation aussi bien que pour celle d'Oslo. L'auteur, Roger Heurtebise, en profite pour désigner les véritables coupables :

 

« Ce “coup de Carpentras” norvégien et européen pourrait même se retourner contre ses auteurs. C'est l'avis donné sur Euronews par Mariano Aguirre, un responsable du Centre pour la Paix à Oslo. Il explique que cet attentat aura des effets dans la politique norvégienne, particulièrement laxiste (“ multiculti ”, vivre-ensemble, etc.)

En effet, selon lui, cette attaque “ porte un message politique fort ” contre le gouvernement norvégien estimé “ trop indulgent ”. La Norvège était considérée comme “ un pays sans problème d'immigration ”, mais le drame de ce week-end va poser le débat public sur l'immigration et l'islam d'une manière “ très forte ” et faire encore évoluer les mentalités (et donc le gouvernement) vers une gestion plus stricte de l'immigration, justement pour éviter de tels drames.

Je partage cet avis, mais toutefois avec prudence parce qu'il pourrait encourager d'autres imbéciles meurtriers. Il ne faut en aucune manière excuser le ou les tueurs sauvages de ce week-end en Norvège. »

 

 

Traditionnel argument de la martyrologie d'extrême droite, le mystère Carpentras a pourtant été résolu en 1996 : il s'agissait bien d'un acte antisémite commis par des extrémistes. (Voir la vidéo de l'INA)

 

 




 
 
 
La référence à l'attentat d'Oklahoma City en 1995 (160 victimes aux Etats-Unis), considéré comme un complot pour stigmatiser les nationalistes, revient aussi fréquemment.

De « trop d'immigration » à « prenons les armes »

S'ils justifient les attentats par l'« immigrationnisme » des dirigeants européens, la majorité des blogueurs et des commentateurs prennent leurs distances avec Breivik et ont tendance à invoquer la parole de « chercheurs » ou de « spécialistes » pour justifier leur positionnement.

 

L'essayiste Malika Sorel, membre du Haut Conseil à l'intégration – non classée à l'extrême-droite – rencontre ainsi un gros succès depuis la publication de ces quelques lignes sur son blog personnel :

« La question qui se pose à présent est de savoir comment la société norvégienne va réagir à la tragédie qui vient de se dérouler. Va-t-elle accepter de regarder la réalité en face ou va-t-elle, bien au contraire, saisir le prétexte de ce drame effroyable pour s'enfoncer encore un peu plus la tête dans le sable ? »

 

Mais dans la frange la plus radicale de cette « réacosphère », on applaudit franchement Breivik. Le rédacteur d'Euro-Reconquista écrit :

 

« Eh bien moi, Léon, en personne, je dis que Anders Behring Breivik est une victime ! Victime très exactement de ce qu'il décrit, car il a entièrement raison, sa vision globale de la société actuelle est hélas parfaitement exacte !

OUI, le multiculturalisme a échoué. OUI, il favorise les tensions ethniques. OUI, les musulmans sont une secte d'assassins qui égorgent de par le monde hommes femmes et enfants. OUI, les gouvernements occidentaux baissent la culotte devant les égorgeurs d'Allah, et OUI, le monde occidental court à sa perte !

Et donc OUI, Anders Behring Breivik est une victime parmi d'autres, car NOUS sommes tous les victimes de la vermine qui nous gouverne ! »

 

 

Sur Défense de la race blanche, suspendu depuis quelques heures, les commentateurs appelaient à prendre les armes pour défendre la France – parmi lesquels un candidat frontiste aux élections cantonales (n'ayant pu le joindre pour l'instant, nous ne révélons pas son identité).

 

 Ces appels à la haine sont courants, y compris dans des forums de discussion de militants et électeurs du FN :

« Que voulez-vous, une mosquée, ça me parle, ça me cause. C'est beau quand ça saute, et puis ça le mérite bien. Mais des crétins sur une île, c'est un peu comme un lâché de bestioles dans un bois clôturé : ça manque d'aventure, tout ça. Tandis qu'avec une belle mosquée, on pouvait mettre le feu aux poudres de l'Histoire. »

 

 

Ce fantasme de guerre civile européenne parcourant l'ensemble de l'extrême droite doit-il inquiéter ? Yannick Cahuzac admet la difficulté d'évaluer le risque que représente cette blogosphère :

 

« Est-ce que ces sites vont contenir ou produire de la violence ? C'est un peu les deux. Ça peut effectivement jouer un rôle de soupape mais ces idées-là sont dangereuses.

 

Ces blogueurs peuvent créer un espace et avoir une diffusion hors du commun. Ils créent souvent des sites miroirs. L'internaute, en naviguant sur un site convenable, une vitrine, se retrouve, par le jeu des liens sur des sites plus radicaux. On peut facilement télécharger la bibliothèque du parfait militant nationaliste (de Mein Kampf, aux protocoles des sages de sion, des traités racialistes aux écrits remettant en cause l'existence des chambres à gaz). Les identitaires fonctionnent beaucoup comme ça. Avant, il fallait creuser pour trouver des choses de ce type. »

 

 

La surveillance de cette mouvance est rendue difficile par le morcèlement de l'extrême droite ; il existe quasiment autant de tendances que de blogs, des apprentis terroristes cités ci-dessus aux jeunes anars de droite.

 

Les sites très soignés Fromage Plus, French Carcan, Sur le Ring et I like your Style donnent une illusion de modernité, mais diffusent les mêmes idées qu'ailleurs. De l'« agitprop », une pensée subversive de droite, peut-être post-moderne mais d'extrême droite même si c'est un peu plus fin qu'ailleurs », analyse Yannick Cahuzac.

Ce qui ne les empêche pas de regarder dans la même direction que les autres lorsqu'il s'agit d'identifier les vrais responsables d'Oslo. Car il ne peut s'agir que d'un coup monté.

Le complot juif, le complot impérialiste

Le dieu du Web de la droite radicale s'appelle Alex Jones. Ce journaliste américain, complètement obnubilé par les complots et le 11 Septembre, n'en finit pas de poster des vidéos expliquant par le détail pourquoi la « version officielle » d'Oslo ne tient pas. La quasi-totalité des blogs visités pour cet article font référence à l'animateur d'Infowars.

 

Son équivalent français pourrait être Dieudonné qui, dans cette vidéo (un sketch ? un édito ? ), accuse les juifs d'être derrière les attentats en Norvège.

 

Mais par quel truchement passe-t-on du tueur islamophobe pathologique au complot sioniste ? Démonstration : 

                  Les travaillistes norvégiens sont notoirement pro-palestiniens.

                  Une analyse des explosifs par des « spécialistes », sans doute les mêmes que ceux interrogés par ReOpen911, conclut à l'impossibilité d'un acte solitaire.

                  Un faisceau d'indices « bizarres » prouve que la « version officielle » n'est qu'un fatras d'inepties. Par exemple, Rivarol relève que le représentant du Likoud en France a publié un article au titre « prémonitoire » le 25 juin : « Liquider Oslo ! ». Il s'agit évidemment des accords israélo-palestiniens d'Oslo. Le journaliste le sait, le relève mais ne peut s'empêcher de trouver que cela « sonne étrangement comme un signe ».

 

Libres d'accès, systématiquement remis en ligne après une suspension – il suffit de les héberger aux Etats-Unis ou en Russie – ces sites et blogs inquiètent la sécurité européenne. Dans un rapport d'Europol, cité par Le Figaro, il apparaît que des « individus motivés par des opinions d'extrême droite, agissant seuls, sont une menace bien plus grande que les actuels groupes ou réseaux » appartenant à cette mouvance. L'utilisation d'Internet est l'une des spécificités de ces « loups solitaires ».

 

« C'est insuffisant », déplore Mads Andenas, juriste norvégien et enseignant à l'université d'Oslo. Lui estime que ces blogs sont insuffisamment infiltrés par la police.

 

« Pourquoi les services de sécurité ont-ils loupé cette personne ? C'est ce qu'il nous faut comprendre maintenant. Ils surveillent pourtant de près les islamistes.

Les responsables de la sécurité intérieure ont expliqué à plusieurs reprises qu'il n'y avait aucune surveillance des ailes d'extrême droite. »

 

 

 

Par Zineb Dryef | Rue89 | 04/08/2011 | 18H48

http://www.rue89.com/2011/08/04/sur-le-web-lextreme-droite-revise-les-attentats-doslo-216436

Commenter cet article