Sur fond de Conseil européen, l'Espagne inquiète

Publié le par desirsdavenirparis5

L’Espagne est la principale ombre au tableau du Conseil européen consacré pour l'essentiel à la gouvernance économique de l’Europe, qui se tient aujourd’hui. La presse allemande a tiré la première, suivie par la presse espagnole, en annonçant la préparation à Bruxelles, avec le concours du FMI et même du Trésor américain, d’un plan de sauvetage de l’Espagne. Le Journal El Economista évoque un montant allant de 200 à 250 milliards d’euros pour ce plan.

Démenties par la Commission, pour qui cet article est "très bizarre", puis par José Luis Zapatero qui a réaffirmé hier que l'Espagne était "un pays solvable, solide, fort et avec du crédit à l'international", ces rumeurs n’ont pas empêché les inquiétudes des investisseurs, à l’égard d’un pays dont le poids économique est autrement plus important que celui de la Grèce [ AFP ].

Ainsi la prime de détention de la dette espagnole a-t-elle bondi depuis, atteignant son plus haut niveau depuis la création de l’euro. Ce mouvement s’est répercuté dans d’autres pays d’Europe du Sud [ Les Echos ].

Il est vrai que les banques espagnoles ont de plus en plus de mal à se refinancer sur les marchés, malgré l’effort d’assainissement de ses caisses d’épargnes qui avaient été affectées par l’éclatement de la bulle immobilière en 2008. Elles ont de plus en plus recours à la BCE pour emprunter [ AFP ].

Bien que l’Espagne ne soit pas à l’agenda officiel du Conseil, il est à prévoir que le sujet alimente les discussions de couloir entre les dirigeants européens réunis à Bruxelles.


17/06/2010

Publié dans Europe

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article