Ségolène Royal hausse le ton, l’entourage des candidats réagit : "Les gens se révèlent dans les débats, il ne faut pas avoir peur de son ombre" Qui a peur ? (VIDEO, REACTIONS & ANALYSE)

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Ségolène Royal était à Solferino lundi matin pour une réunion de travail sur les quartiers populaires – le PS a mis ses locaux à la disposition des candidats – et a réagit devant les caméras de l’AFP sur la question des débats au cours de la primaire et sur celui du rassemblement.

 

« Je souhaite bien évidemment que les Français aient droit à des débats. Pourquoi ? Parce qu’il faut donner envie aux Français de venir voter, c’est ce qui va nous donner un souffle, une dynamique pour cette campagne présidentielle.

Je souhaite qu’il y ait 3 à 4 millions de Français, par exemple, qui puisse venir voter, et pour éclairer les choix de leur avenir, pour que les Français prennent en main leur devenir, puissent peser sur les décisions politiques que nous allons prendre en leur nom, eh bien il est très important qu’ils puissent nous écouter, nous comparer, peser les arguments. […]

Les partenaires privilégiés des socialistes, c’est à gauche que nous les trouvons. À gauche, chez les altermondialistes, chez les écologistes, chez les centristes humanistes, et puis, bien évidemment, tendons la main à tous ceux qui veulent que la France se redresse, et qu’elle redevienne fidèle aux valeurs de la République française, la Liberté, l’Egalité, la Fraternité, l’Etat impartial, la lutte contre les inégalités. »

C’est cependant la presse qui a recueilli les réactions les plus intéressantes, Le Figaro lundi, Libération et France Interhier.

Ségolène Royal expliqué dans Le Figaro : « Il faut des débats. Les électeurs se sentiraient frustrés. Ce serait incompréhensible qu'il n'y en ait pas », pour ajouter dans Libération : « C’est un défi démocratique, les gens ne comprendraient pas que les débats soient étouffés. Zéro débat, ne pas nous voir ensemble, ce n’est pas tenable ».

Et d’ajouter : « Les gens se révèlent dans les débats, il ne faut pas avoir peur de son ombre.[…] C'est le moment de vérité les débats. À nous de maîtriser les risques.

   ..

Un exemple récent : les petites phrases du « off » d’Avignon sur la culture, partie de fleuret moucheté à quelques rues de distance, où Martine Aubry a proposé d’augmenter de « 30 à 50% »le budget de la culture, et ou François Hollande a rétorqué.

www.segoleneroyal-meag.com/article-segolene-royal-hausse-le-ton-l-entourage-des-candidats-reagit-les-gens-se-revelent-dans-les-deba-79829376.html

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article