Ségolène Royal et José Bové

Publié le par desirsdavenirparis5

Point presse avec José Bové - Ségolène Royal explique les 3 raisons de son témoignage au tribunal de Poitiers en faveur de faucheurs volontaires de maïs OGM MON810 (TEXTE/VIDEO)

 

Huit « faucheurs volontaires » de maïs OGM MON810 de Monsanto sont passés en jugement hier au tribunal de Poitiers, dont José Bové, député européen Europe Ecologie et vice-président de la Commission agriculture et développement rural au Parlement européen. Ségolène Royal a été appelée par les 8 faucheurs à témoigner en tant que présidente de la Région Poitou-Charentes, qui dès 2004, à son arrivée à la tête de la région, s’était engagée sur l’interdiction des OGM sur l’ensemble du territoire régional.

Avant le témoignage au tribunal, Ségolène Royal et José Bové ont tenu un point presse à la Maison de Région, où étaient également présents les faucheurs volontaires, ainsi que les deux vice-présidents du Conseil régional concernés, tous deux agriculteurs et appartenant à la majorité régionale, Benoît Biteau (agriculteur bio, spécialiste des problèmes de l'eau), président de la Commission Ruralité – Agriculture, et Serge Morin (Europe Ecologie), président de la Commission Eau – Littoral – Biodiversité.

Interpelée par un journaliste après sa déclaration lors du point presse sur le fait de savoir si « en pleine campagne des primaire », c’était « intéressant d’être là », sous-entendant qu’il s’agissait d’un ‘coup’ médiatique, Ségolène Royal a vivement réagi et a rappelé notamment trois point :

« Ecoutez, moi je voudrais simplement dire, il faut cesser de dégrader les causes pour lesquelles on se bat. Voilà. Et cette échéance du tribunal a été fixée indépendamment de notre volonté à l’un et à l’autre, la date du tribunal est connue depuis longtemps, la convocation est faite depuis longtemps [13 mai 2011, NdlR], l’engagement de venir remonte à combien[se tournant vers José Bové, puis répondant en chœur avec lui] plusieurs mois, je pense.

Donc voilà, il y a quand même des enjeux très importants dans l’avenir des OGM. […] Donc moi j’aimerais bien qu’à un moment, de temps en temps, même s’il y a d’autres échéances, on puisse quand même sérieusement aborder les problèmes pour montrer que des solutions concrètes existent à l’angoisse des Français, et au-delà des français, à l’angoisse des citoyens, qui se demandent s’ils vont pouvoir continuer à manger à leur faim, s’ils vont pouvoir accéder à une agriculture de qualité, s’il y a d’autres solutions qui sont possibles. […]

Donc je crois qu’à un moment il y a un minimum de respect […] Car un certain nombre de personnes ont intérêt à gadgétiser cet enjeu sur les OGM. Pourquoi ? Parce que l’interdiction des OGM n’est pas définitive. Les puissances financières de Monsanto sont considérables. Donc il va y avoir, je le sais, des tentatives pour gadgétiser ce qui est en train de se passer aujourd’hui. »

 

 

Au cours de son intervention ci-dessous, Ségolène Royal a rappelé les trois raisons d’être de son témoignage, puis les a expliquées :  

« Le sens de mon témoignage est triple : d’abord je vais valoriser le rôle de devoir d’alerte que ces faucheurs volontaires ont exprimé contre des parcelles de maïs OGM MON810. […]

La deuxième raison de ce témoignage, c’est de constater que finalement ce devoir d’alerte a été entendu et efficace, puisqu’un arrêté ministériel du 7 février 2008 a interdit l’utilisation de l’OGM MON810.[…]

Et puis la troisième raison d’être de ce témoignage, c’est de démontrer que des alternatives agronomiques et génétiques existent et qu’elles peuvent permettre de relever le grave défit alimentaire mondial bien plus efficacement que des OGM tels qu’ils sont conçus aujourd’hui. »

Frédérick Moulin

/www.segoleneroyal-meag.com/article-point-presse-avec-jose-bove-segolene-royal-explique-les-3-raisons-de-son-temoignage-au-tribunal-de-76774332.html

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article