Ségolène Royal à Harlem Désir, invité d'i>TELE: "Alors bonsoir Harlem. J’espère que nous allons pouvoir organiser des débats dans le cadre de ces primaires ... je compte sur toi !" (VIDEO)

Publié le par desirsdavenirparis5

    

Hier soir, Ségolène Royal avait été invitée par les deux animateurs à poser une question au Premier secrétaire du PS par intérim, Harlem Désir, sur les nécessaires « débats démocratiques » sur le plateau d’Elysée 2012 sur i>TELE, alors qu’Harlem Désir nous décrivait le monde lisse et idyllique de candidats socialistes déjà soudés derrière le projet du parti, dans de grandes envolées lyriques sur « un débat exemplaire, un débat qui montrera ce qu’il y a de plus beau et de plus noble dans la vie politique, c’est-à-dire, le débat des idées », « ces primaires seront un antidote à cette volonté [de la droite, NdlR] d’étouffer le débat démocratique ! ».

Pris à contrepied par Ségolène Royal, qui a martelé : « On ne conçoit pas de démocratie sans débats, je crois que c’est une façon de respecter les Français », et aussi par Michel Dumoret, l’un des deux animateurs, fervent supporter de débats télévisés lors des primaires PS retransmis sur i>TELE comme répété plusieurs fois à Ségolène Royal et Najat Vallaud-Belkacem, Harlem Désir s’est soudain recroquevillé. Finies les grandes envolées lyriques, et de regarder le plafond pour réfléchir à ce qu’il allait dire.

Pourtant, la question est simple : y aura-t-il débat, donc avec échange entre les candidats, télévisé, ou non ?

 « Je suis sûre que tu auras la liberté d’esprit d’imposer à tous les candidats cette magnifique idée du débat démocratique. Je compte sur toi ! », a déclaré, souriante, Ségolène Royal. Michel Dumoret, lui, a fait une remarque de bon sens :  « Si c’est chacun de son côté, c’est pas un débat. ».

Pour Harlem Désir, l’habit de Premier secrétaire s’est soudain fait pesant, et il s’est défaussé :

« Je crois que les candidats sont en train d’examiner les formes sous lesquelles ils pourront débattre de façon positive », « Quelles en seront les formes ? Eh bien, celles qu’ils choisiront. Et en tout cas je les aiderai à faire en sorte que ce soient les formes (levant les yeux en l’air pour réfléchir) qui permettent aux citoyens d’être éclairés, et de faire leur choix en toute connaissance de cause. » « Dans les semaines qui suivront [La Rochelle], eh bien il y aura des occasions de débats, je l’espère avec vous les médias, mais aussi dans les régions avec les militants. »

Des débats de primaires citoyennes et démocratiques avec les militants ?? Mais c’est devant le peuple français qui va voter qu’il faut débattre, devant TOUS ceux qui vont glisser leur bulletin dans l'urne, pas devant les seuls militants !

Plus grave : le Premier secrétaire s’est arrogé le droit de définir d’ores et déjà le cadre des débats – sans certitude, « je crois », dit-il :

« C’est-à-dire qu’elles donnent la possibilité à chacun des candidats d’expliquer sa vision, d’abord, de l’avenir du pays, la façon dont il entend mettre en œuvre le projet qui nous rassemble tous, et puis aussi la façon dont il veut incarner le changement. Et donc ils auront, je crois, l’occasion de s’exprimer sur la politique internationale et le rôle de la France dans le monde, sur la politique sociale, sur la façon de redresser les finances publiques, sur la priorité à l’école, à la recherche, à l’innovation, et tout cela, ça donnera lieu à un débat. »

En bref, chacun explique sa vision à tour de rôle, avec pour objectif de « mettre en œuvre le projet qui nous rassemble tous », sans qu’il parle des priorités ou des hiérarchisations qu’il faudra faire, et en plus sur un nombre de thèmes définis – pas de « par exemple », ou de « notamment »parmi lesquels on ne voit pas du tout la social-écologie, la valeur travail, les sécurités et la sécurité, les PME et l’ordre juste économique.

Enfin, Harlem Désir n’a pu s’empêcher de dire des candidats : « ensemble, et avec tous ceux qui les soutiennent », et pas « ensemble, et avec leur équipe » par exemple. Logique d’appareil, quand tu nous tiens !

Michel Dumoret l’a bien noté : « Pourquoi vous nous dites : « Les primaires, ça va être un moment formidable de démocratie. », et lorsque Ségolène Royal vous propose à vous, en tout cas à Martine Aubry, à François Hollande, de débattre devant les caméras de télévision, ça fait pschitt ? »

Deux heures plus tard, Ségolène Royal publiait une newsletter, « Je resterai fidèle au bel esprit des primaires et j'en appelle a la liberté de vote », qu’elle terminait par ces mots :

« Les primaires, ce n’est pas le retour à une logique clanique. Plutôt que les soutiens des uns ou des autres, ce sont les débats entre les candidats qui devront être médiatisés. Les primaires doivent se faire sur le terrain des idées. Sur le terrain des propositions. Dans le respect de chacun. Mon équipe de campagne c'est celle mise en place depuis quatre ans qui au fil des années s'est enrichie de tous ceux qui sont venus réfléchir et travailler pour trouver des solutions. C'est la force citoyenne. »

J’espère, nous espérons tous, j’en suis sûr, qu’Harlem Désir, finalement, ne corsettera pas les vrais débats entre candidats qui doivent avoir lieu, ne se contentera pas « d’espérer » des débats avec les médias, et que les débats n’auront pas lieu à huis clos devant les seuls militants.

Des débats en Région devant les militants, mais aussi les Français, pourquoi pas, mais des débats entre candidats, en présence des médias et des chaînes de télévision, sans limitation dans les thèmes de campagne traités, des débats d’idées, des débats sur les propositions, de débats dans le respect de chacun, car les candidates et candidats sont des concurrents, pas des adversaires !

Faisons le pari qu’Harlem Désir endossera réellement son rôle de Premier secrétaire impartial et organisera des débats télévisés, médiatisés, entre les candidats des primaires socialistes, pas parce que tel ou tel candidat le souhaite, mais pour les Français et pour le changement !

« J’espère que nous allons pouvoir organiser des débats dans le cadre de ces primaires, parce qu’on ne conçoit pas de démocratie sans débats, je crois que c’est une façon de respecter les Français, de respecter aussi la liberté de parole des différents candidats et de faire en sorte que, par la qualité de ces débats, des millions de Français aient envie de venir voter aux primaires socialistes. », a rappelé Ségolène Royal.

Sans débats démocratiques aux primaires, pas d’élan pour le changement en 2012 à la présidentielle. Et pas de victoire pour les socialistes et la gauche.

Frédérick Moulin

 

 

 

Transcription par Militants de l’Espoir À Gauche avec Ségolène Royal :F.M.

 

-------->>>>

 

/www.segoleneroyal-meag.com/article-segolene-royal-a-harlem-desir-invite-sur-i-tele-alors-bonsoir-harlem-j-espere-que-nous-allons-p-79410299.html

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article