Sarkozy sur le statut des fonctionnaires: “Oui, je sais, c’est très grave ce que je viens de dire”***

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Visite d’une exploitation agricole perdue dans l’Allier, puis table ronde devant un millier d’invités triés sur le volet. Sur le papier, rien de neuf dans cette énième visite en province de Nicolas Sarkozy, jeudi 25 novembre. Pourtant, insensiblement, le ton a changé. On n’est plus dans la rotation des visites thématiques languissantes –agriculture, usine, sécurité, éducation, santé, et on recommence ! Au lendemain du discours de politique générale de François Fillon, Nicolas Sarkozy est entré en campagne électorale.

 

Accompagné de son communicant, Jean-Michel Goudard, il a testé ses sujets de campagne, cherché le ton juste et l’a plutôt trouvé : le président a été applaudi une dizaine de fois, s’est éternisé pendant 1h40, au lieu de bâcler le déplacement. « Tant qu’à venir, prenons le temps. On est bien ici ».

 

M. Sarkozy qui a abandonné le thème de l’identité nationale et va réformer le bouclier fiscal, se veut à l’écoute. « Ce qui m’intéresse, c’est votre jugement à vous, car les Français sont des gens de bon sens. En définitive, ils savent qui fait le travail et qui parle ». Lui est prêt à le faire, même si « omniprésident, cela réserve les omni-embêtements ».

 


Arnaud Leparmentier

Publié dans Sarkozy & scandales

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article