Retour au collège : ma journée en ZEP pour des ateliers d'écriture

Publié le par desirsdavenirparis5

 

11h12. Le vent de l'hiver cingle sur le quai de la gare de Troyes. Des grappes de voyageurs s'éparpillent dont moi, à l'affût d'une pancarte à mon nom.

Il y a quelques mois, une enseignante m'avait contacté pour animer une série de cinq ateliers d'écriture au collège. Les Jacobins.

Le thème : les incivilités dans cet établissement ZEP où elles sont monnaie courante.

 Une responsable du collège me prévient que je suis très attendu. Les élèves n'ont, pour la plupart, jamais vu d'écrivains.

Pour eux, ce sont des visages morts en couverture de romans. Je suis vivant, relativement jeune et je m'appelle Mabrouck Rachedi, fils d'Algériens.

Je ne corresponds pas à l'image d'Epinal. De Victor Hugo, je n'ai que la barbe. Et comme lui, je suis persuadé qu'« après la philosophie, il faut l'action ».

L'action, c'est la farouche envie de transmettre. A Boussy, à Champigny, à Vigneux, à Evry, à Laval, à Bezons, à Chambéry, à Perpignan, à Tourcoing, à Mouscron, à Hong Kong, à New York, etc. En banlieue parisienne ou en province, dans des quartiers populaires ou des quartiers plus chics, dans des prisons ou dans des centres pour travailleurs pour handicapés, au Sénat ou à Sciences-Po, en France ou à l'étranger, j'ai essayé de porter la culture comme vecteur d'épanouissement et de socialisation.

« Ta mère », « ta race » : une terreur m'a fait rire........

 

www.rue89.com/2011/02/08/retour-au-college-ma-journee-en-zep-pour-des-ateliers-decriture-188942

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article