Réforme des retraites : la grande ironie

Publié le par desirsdavenirparis5

 
Le sujet n’est en réalité que moyennement drôle. Le plus souvent, il inspire une grimace de douleur anticipée (du même ordre que celle que provoque habituellement le bruit du gant de latex que l’Autorité médicale ou policière enfile proprement et fait sévèrement claquer avant de procéder… mettons Eric Woerth dans le rôle de l'opérateur pour imager un peu)........
Les économistes auront bon nous raconter ce qu’ils veulent, il n’y a rien d’inexorable dans cette réforme. Certes, une fois que l’équation est posée dans ses trois termes : le taux de cotisation, la durée de cotisation et le montant des pensions, et que la première et la dernière variables sont réputées intangibles, on en vient rapidement à la conclusion qu’il faudra travailler jusqu’à 87 ans en 2100.
 

damienlorton.blogs.nouvelobs.com/archive/2010/05/25/reforme-des-retraites-la-grande-ironie.htmllink

Publié dans Enfants-Jeunes-Vieux-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article