Quelle approche sur la réforme de l’Education Nationale ?

Publié le par desirsdavenirparis5

    @font-face { font-family: "Arial"; }p.MsoNormal, li.MsoNormal, div.MsoNormal { margin: 0cm 0cm 0.0001pt; font-size: 12pt; font-family: "Times New Roman"; }div.Section1 { page: Section1; }

Sur ce vaste champ, il ne suffit pas d’aborder les choses de manière globale que ce soit  au sujet des  enseignants, ou d’une institution aux multiples facettes et niveaux.  

Par exemple,  Jack Lang fait fausse route avec la fausse bonne idée  d’un unique ministère de l’EN y compris université et recherche. 

 

Donnons quelques exemples d’une démarche ouverte sur la complexité  et la société  et de questions qui ont leur propre validité sans se perdre dans des discours généraux ou simplistes.

Car on ne peut passer son temps à mettre en accusation les professeurs, qui seraient les chantres d’un conservatisme et inaptes au changement.

 

    Le problème de l’attitude de parents(le règne du « caprice généralisé » si l’on se réfère au débat Gauchet /Meirieu dans le Monde) est par exemple bien plus grave aujourd’hui que les défauts des instituteurs en maternelle sinon en primaire.

 La question des rythmes scolaires est importante et a été  mal traitée en primaire

    Les situations sont y compris très différenciées selon les territoires.

Ainsi , les enseignants parisiens sont mieux lotis que d’autres avec les postes de professeur de sport qu’offre la mairie de Paris …dans une ville par ailleurs peu sportive.   

  Est-il  aujourd’hui efficace  et économique d’avoir les lycées dépendant des  Conseils Régionaux, les écoles primaires gérées par  les communes et les collèges par les départements ?

    Il faut revoir cela et  gérer  à deux niveaux : au niveau  intercommunal  et régional.

 

    A l’université notamment, les réformes depuis 2007 donnent le tournis. Elles ne sont pas lisibles ou survendues (la communication outrancière de V.Pécresse).

    Ne voit-on pas se constituer de véritables usines à gaz ( l’ensemble opération campus, grand emprunt, qui se surajoutent sinon se télescopent avec l’autonomie de gestion)

 

   On voit bien qu’au-delà d’une ambition globale qu’il faut démontrer par la preuve (comme le fait et le souhaite Ségolène Royal)l doit y avoir des choix sur des points précis qui vont créer une dynamique et un capital de confiance.

De nombreux  sujets   doivent être traités en propre:

sorties prématurées de l’école /

 insertion des jeunes en échec scolaire, /

 scolarisation à 3 ans

 ouverture des crèches

bien –être à l’école (sérénité ; faire face à la violence ; contre le stress scolaire    prore au système dual à la française avec grandes écoles et universités, filières nobles et formations dépotoirs ou marchandisées.

 

Alors, il faut comme dirait Morin « séparer et relier » si l’on veut avoir une approche mobilisatrice, qui donne du sens et tournée vers l’action.

 

  Ce que je retiens de l’échec des mobilisations à l’Université de 2009, c’est que les universitaires ont compris que leurs combats   relevaient  d’un débat de société.

Ils ne pouvaient   pas rester entre eux et prendre à témoin la Nation en même temps.   

Ils ont tous  pris conscience qu’il fallait  relever le défi. Mais  qu’ils ne pouvaient pas le régler au sein de la communauté universitaire et dans un face à face avec l’état. 

                Aujourd'hui la difficulté et en même temps la chance de la gauche c’est l’attente  forte et le besoin  impérieux d’un sursaut, car il y a eu beaucoup trop de dégâts comme par exemple la désectorisation, la baisse des moyens et de performance des résultats de l’école française dans le concert européen.  

 

Daniel Grande

   

 

Commenter cet article