Quand la diversité française s'exporte aux Etats-Unis

Publié le par desirsdavenirparis5

Hier, ils s'appelaient VGE, Fabius ou Sarkozy. Aujourd'hui, les leaders de demain détectés par le Programme des Visiteurs internationaux américain s'appellent aussi Ladji, Réda ou Ekoué. Par Elsa Vigoureux.

Discours, applaudissements, champagne et petits-fours la semaine dernière à l'hôtel de Talleyrand, près de la Concorde. Pour les dix ans du Cercle Jefferson, un club très sélect qui travaille au renforcement des liens entre tous les anciens “IV” de France (pour International Visitors), Mark Taplin, chef de mission à l'ambassade des Etats-Unis, est venu en personne. Il s'agit d'organiser un réseau, de resserrer les contacts entre ces jeunes gens qui seront les dirigeants français de demain. Voilà Rokhaya Diallo, fondatrice des Indivisibles, aujourd'hui chroniqueuse à Canal+ et sur RTL ; Ladji Real, auteur et réalisateur (1); Réda Didi, président du think tank Graines de France; Almamy Kanouté, fondateur du parti Emergence; Dogad Dogoui, conseiller en gestion de la diversité, ancien membre de l'UMP et fondateur du lobby d'entrepreneurs Africagora.

Des "manipulations secrétes américaines" ?

 

Un tiers sont des “jeunes-issus-de-l'immigration”

 

Ce ne sont pas les États-Unis qui ont changé, c'est la France

Elsa Vigoureux-Le Nouvel Observateur

(Article paru dans le "Nouvel Observateur" du 15 septembre 2011)

tempsreel.nouvelobs.com/actualite/societe/20110915.OBS0455/quand-la-diversite-francaise-s-exporte-aux-etats-unis.html

 

Publié dans Morale-Moeurs-Loi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article