Politique fiction : Le jour où l’euro est mort

Publié le par desirsdavenirparis5

  

La monnaie unique peut-elle disparaître? Et si c'était le cas, que se passerait-il? Sean O'Grady, rédacteur en chef des pages économiques de l'Independent, imagine le jour fatal où les Etats membres quittent le navire euro.

Berlin, 29 septembre 2013. Angela Merkel remporte haut la main les élections fédérales. “La femme qui a sauvé l’Allemagne” triomphe devant ses partisans rassemblés à la porte Brandebourg.

Après quelques mots de remerciement pour sa victoire sans précédent, la chancelière retire de la poche de sa veste un billet de 100 Nouveau mark et l’agite devant la foule en délire. Le cauchemar de l’euro est bel et bien terminé. Il avait en réalité pris fin deux années auparavant.

Les événements du 16 septembre 2011, “le jour où l’euro est mort” n’avaient pas pu commencer de manière moins spectaculaire. Car le coup de grâce n’avait pas été porté à la crédibilité de la monnaie lors d’un autre jour agité ou de quelque important sommet, mais par des juges siégeant au Tribunal constitutionnel fédéral, à Karlsruhe.

Ce jour-là, dans une salle de conférence mal aérée, décorée d’un simple drapeau allemand, trois magistrats d’un certain âge ont décrété qu’il était “inconstitutionnel” de la part du gouvernement allemand de continuer à financer le reste de l’Europe : “La monétisation des instruments de la dette extraterritoriale enfreint la Loi fondamentale de la République fédérale”.  Par ces mots, ils ont sonné le glas de l’euro.

Plan

Les plus grosses chutes des Bourses depuis les années 30

La note de la Grèce inférieure à celle du Malawi

Dans un premier temps, le nouvel euro remplace l'ancien

"Les pédophiles imbéciles" ne pourront plus "taper sur Sarko"

03 décembre 2010 The Independent Londres Sean O'Grady

/www.presseurop.eu/fr/content/article/416221-le-jour-ou-l-euro-est-mort

Publié dans Capitalisme-crise- G20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article