Police/gendarmerie : la guerre des matraques aura bien lieu

Publié le par desirsdavenirparis5

  |

Policiers et gendarmes protestent contre les suppressions de postes. Mais chaque corps se plaint d’être défavorisé par rapport à l’autre. Et le contexte politique n’est pas propice à l’apaisement. 

La rigueur budgétaire réveille la vieille rivalité entre policiers et gendarmes. Même s'ils sont réunis dans la même maison, la gendarmerie étant passée en 2009 sous la tutelle du ministère de l'Intérieur. Et le climat s'est récemment tendu avec les fermetures d’escadrons de gendarmerie mobile et de casernes de CRS. Face aux mouvements des policiers, Brice Hortefeux a finalement renoncé aux fermetures de caserne prévues à Sainte-Foy-les-Lyon et Marseille. Mais il n’a rien fait sur les fermetures d’escadrons de gendarmerie mobile. L’escadron de Rennes fermera en septembre, celui de Nantes cet été. Celui d’Arras est également concerné. La Gendarmerie nationale, jointe par Marianne2, a confirmé que sept escadrons doivent fermer en tout cette année, sans en donner la liste précise. Huit escadrons avaient déjà été supprimés en 2010.

Le mouvement des CRS s'était fortement fait entendre dans les médias. Pouvant se syndiquer mais n'ayant pas le droit de grève, les CRS en colère s'étaient faits porter pâle ou avaient entamé une grève de la faim. Les protestations des gendarmes, sous statut militaire, ont cependant moins de puissance, n'ayant pas de syndicats propres et étant soumis à un strict devoir de réserve. Ce sont alors des associations de retraités ou d’épouses de gendarmes qui prennent la parole publiquement dans ce mouvement.  ...... 

Tefy Andriamanana - Marianne | Jeudi 3 Février 2011 à 18:01

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article