Police de riches, police de pauvres

Publié le par desirsdavenirparis5

La réaction des magistrats aux accusations de Sarkozy quant aux prétendus dysfonctionnements de la justice dans l'affaire de Pornic et du crime de Tony Meilhon, l'assassin de la jeune Laetitia, me paraît tout à fait justifiée.

On ne peut pas reprocher aux magistrats de ne pouvoir assurer parfaitement le suivi des délinquants alors que les incriminations se multiplient, que la gestion des flux de délinquants entrants et sortants est de plus en plus lourde, qu'il faut respecter des règles de procédures extrêmement complexes, continuellement modifiées et compliquées par le délire législatif de nos gouvernants. Ajoutons que la "judiciarisation" de la vie sociale conduit à muliplier les affaires: on a vu lors de l'affaire Bettencourt comment une famille lavait son linge sale en privatisant littéralement le service public de la justice.

On sait que la non-exécution de beaucoup de condamnations est la règle, en particulier pour toutes les peines de prison inférieures à un an. Elle tient à ces embouteillages et à cette multiplication des procédures. ....


  .

/traverses.blogs.liberation.fr/yves_michaud/2011/02/police-de-riches-police-de-pauvres.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article