Petite histoire des émeutes en France

Publié le par desirsdavenirparis5

Al'heure où des émeutes d'une ampleur nouvelle ont lieu en Angleterre, et où le parallèle avec le mouvement français de novembre 2005 vient souvent à l'esprit, on proposera ici à titre de document une petite histoire des émeutes en France. Du moins dans leur forme contemporaine, car ce phénomène n'est pas propre à notre temps. Le mot Émeute provient du verbe Émouvoir. Du haut Moyen Age à la Renaissance, une « Esmote » désigne une émotion collective prenant la forme d’un soulèvement populaire spontané. « Tumulte séditieux, soulèvement dans le peuple », indique le Dictionnaire de l’Académie française au milieu du 18ème siècle. Une longue histoire, donc.

Les émeutes françaises contemporaines ont lieu dans les quartiers populaires d’habitat collectif frappés par la désindustrialisation et le chômage, habités massivement par des familles d’ouvriers et d’employés dont beaucoup proviennent des grands flux migratoires des années 1950-1970 (Portugais, Maghrébins puis Noirs Africains) qui s’y sont installées avec la résorption des bidonvilles puis la politique du regroupement familial. Elles surviennent généralement à la suite de la mort d’un ou plusieurs jeunes du quartier concerné, le plus souvent en relations (diverses) avec une opération de police. Elles sont l’œuvre de garçons, grands adolescents et jeunes majeurs, souvent chômeurs ou inactifs, parfois ouvriers précaires ou apprentis, ou encore scolarisés dans les filières professionnelles les moins valorisées ; la plupart sont « issus de l’immigration » ; ils ne sont structurés par aucune organisation politique et n’affichent en apparence aucune revendication. Leurs types d’actions collectives sont principalement l’incendie de véhicules et l’affrontement avec les forces de l’ordre. Dans certains cas, les incendies visent aussi des bâtiments et certains magasins peuvent être pillés.

PLAN

L’émergence

Le phénomène émerge dans la seconde moitié des années 1970, dans certains pauvres de l’agglomération lyonnaise. .......

L’enracinement

La généralisation : novembre 2005 

L’émeute comme forme élémentaire de la protestation


insecurite.blog.lemonde.fr/2011/08/10/petite-histoire-des-emeutes-en-france/

 

Commenter cet article