Ne lâchons rien...par Dominique Bertinotti

Publié le par desirsdavenirparis5

 

 

Cher(e)s ami(e)s,

Au cours de ce deuxième débat des primaires citoyennes, une fois de plus, Ségolène Royal a été la plus crédible et la plus cohérente martelant à nouveau ses solutions concrètes, efficaces et justes. Elle a donné une image précise de ce que serait une Présidente de la République qui renouerait enfin avec le volontarisme pour remettre de l'ordre face à tous les désordres.

Formidable qu’à de nombreuses reprises, les autres candidats aient éprouvé tour à tour la nécessité de souligner leur accord avec Ségolène Royal (réforme bancaire, blocage des prix, soutien aux PME, sécurité, inéligibilité à vie pour les élus condamnés, etc.) ! Le rassemblement autour de notre candidate se fera d’autant plus aisément.  

- Présidente de la République, Ségolène Royal mettra en place un État stratège qui agira plus vite que les spéculateurs, qui fixera le cap de la révolution écologique et impulsera la reconquête industrielle de notre pays.

- Présidente de la République, Ségolène Royal aura le courage de réformer le système financier et de remettre les banques à leur place : au service de l'activité économique.

- Présidente de la République, Ségolène Royal sécurisera les Français sur nos valeurs et bases fondamentales : l'éducation, la santé, la solidarité, la famille et la sécurité.

- Présidente de la République, Ségolène Royal fera de la France un pays d'entrepreneurs où l'initiative individuelle sera soutenue et les forces créatrices libérées.

La France est un pays de diversité et Ségolène Royal veut qu’elle en saisisse toutes les chances. L’enjeu est de rassembler tous les Français pour faire converger les forces dynamiques et redresser le pays.

Le temps n’est plus à une politique d’accompagnement mais à une politique de transformation.

Et même si cette ligne ne plaît pas aux élites et qu’elle les dérange, rien ne déviera Ségolène Royal de ses objectifs.

"Je ne peux pas laisser dire que l’intervention de l’État c’est le retour aux années 50. Pourquoi ? Parce que ans les années 50, il n’y avait pas cette voracité financière, il n’y avait pas cette folie du système financier, il n’y avait pas les spéculateurs qui décident plus vite que les États. Si l’on veut remettre en place un autre système, un ordre international juste, il faut que désormais les États agissent plus vite que les spéculateurs. Je suis pour un État, non pas celui des années 50, mais pour un État stratège, c’est-à-dire qui fixe le cap et qui va dire aux entreprises : voilà comment nous allons vous aider à vous développer" (extrait du deuxième débat).

Ne lâchons rien, continuons et mobilisons-nous jusqu'à la victoire, les 9 et 16 octobre prochains !

Amicalement,


Dominique Bertinotti

Directrice de campagne

www.desirsdavenirparis.fr/article-ne-lachons-rien-par-dominique-bertinotti-85426619.html

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article