Médecin étrangère, je n'arrive pas à exercer légalement en France

Publié le par desirsdavenirparis5

es infirmières Lego administrent une piqûre à des Stormtroopers Lego (pasakaru76/Flickr/CC).

Je m'appelle Roubba. Ce n'est pas mon véritable prénom, mais je préfère rester anonyme. Je suis Syrienne. Chrétienne, j'ai habité un petit village du côté de Homs. C'est à Damas que j'ai fait mes études de médecine, suivies d'une spécialité en anesthésie.

Je vis ensuite trois années d'une vie agréable dans la capitale : l'indépendance, des revenus élevés au regard des standards syriens, un statut privilégié. La suite logique pour une femme médecin aurait été de se marier avec un chirurgien ou un directeur de banque. Du moins, c'est comme ça que la société voit les choses dans mon pays.

Un chirurgien, j'en rencontre un, je me fiance même. Puis, je m'aperçois que je ne l'aime pas, et je laisse tomber. Ici, ça peut paraître banal. Mais là-bas, on frise le scandale.

La suite, c'est que je décide de quitter mon pays et de découvrir autre chose. C'est possible d'aller en France pour faire un complément de formation, alors… va pour la France ! A l'époque, je n'envisage de partir que pour deux ou trois ans.

La France ne m'autorise pas à exercer ? Je m'accroche

J'arrive en septembre 2004. Les premiers mois sont difficiles : le fonctionnement de l'administration, de la vie économique me sont totalement étrangers. J'essaie de me remonter le moral en partageant quelques moments avec des compatriotes à la cité universitaire où j'ai une chambre. Je ne fréquente les Français que dans le cadre de mon job à l'hôpital où je suis stagiaire.

Un Français, j'en rencontre pourtant un en janvier 2005. Un an et demi plus tard, il m'accompagne en Syrie où l'on se marie dans mon village, avant de revenir nous marier une seconde fois en France.

Dès lors, j'essaie d'exercer mon métier de manière rémunérée. Tout le monde m'en dissuade : j'entre dans la catégorie « praticien à diplôme hors Union européenne » (Padhue) et la loi ne m'autorise pas à exercer. Je m'accroche.

Les « post-2004 », précaires des hôpitaux 

2 000 euros net par mois… illégalement

.

Un concours à dix places pour moi, un examen pour les autres

 

Un poste d'agent d'entretien pour… un pédiatre libanais

 

Les médecins roumains, devenus compétents en 2007


Par Roubba | Anésthésiste | 21/06/2011 | 12H26

  •  

www.rue89.com/2011/06/21/medecin-etrangere-je-narrive-pas-a-exercer-legalement-en-france-210134

Publié dans Santé-Sciences

Commenter cet article