Les marchés craignent de se faire rafraichir la nuque...

Publié le par desirsdavenirparis5

 Informations rares 

Et si, demain, la Grèce ou l’Irlande jetaient l’éponge et refusaient de rembourser la  totalité d’une dette devenue insupportable ? Une hypothèse que l’on croyait jusque-là réservée aux économies émergentes, comme le Mexique ou l’Argentine. Mais l’explosion des dettes publiques conjuguée aux attaques des marchés contre les dettes souveraines, qui ont obligé les Européens à mettre en œuvre de titanesques plans de sauvetage, ont remis la « restructuration des dettes publiques », terme pudique pour dire que l’on ne remboursera que partiellement, au goût du jour.

Brisant un tabou qui voulait qu’un « industrialisé » ne puisse faire défaut — depuis 1950, aucun pays avancé n’a restructuré sa dette et, pour la France, il faut remonter à 1812 —, les seize ministres des Finances de la zone euro ont décidé, dimanche, que la Commission, la Banque centrale européenne et le Fonds monétaire international pourront, à partir de juin 2013, décider de restructurer la dette d’un État.


Publié dans Capitalisme-crise- G20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article