Les déplacements des citoyens sous surveillance

Publié le par desirsdavenirparis5

Au prétexte de la lutte contre le terrorisme et les vols de véhicules, un nouveau système de surveillance automatique permettra de tracer le parcours de millions d’automobilistes à leur insu.

Depuis la fin de 2007, le ministère de l’Intérieur expérimente un nouveau système de surveillance automatique des citoyens. En application de l’article 8 de la loi du 23 janvier 2006 « relative à la lutte contre le terrorisme ». Toujours utile, « la menace terroriste », pour faire accepter la généralisation des contrôles pouvant attenter à la liberté des Français. Le dispositif entré récemment dans sa phase finale après une nouvelle expérimentation dans la ville des Mureaux, près de Paris, consiste à installer dans les rues et sur le bord des routes de minuscules caméras qui lisent les plaques d’immatriculation des voitures et des deux roues. Pour, ensuite, les transmettre automatiquement aux fichiers centraux des cartes grises et aux fichiers des véhicules volés ou disparus. Ces fichiers centraux retransmettent tout aussi automatiquement une alerte dans les commissariats d’une ville ou d’un département.

Ce système, le Lapi (pour Lecture automatisée des plaques d’immatriculation) a vocation d’être rapidement étendu à tout le territoire en liaison constante avec la police, la gendarmerie, les douanes et le Système d’information Schengen. Les caméras seront fixes et dissimulées, ou embarquées sur les véhicules des forces de l’ordre. Dans ceux-ci, un système d’alerte transmis par le ou les fichiers centraux signalera en temps réel aux gendarmes et aux policiers qu’ils suivent ou viennent de croiser une « voiture suspecte ». Depuis deux ans, les premières expérimentations ont coûté 14 millions d’euros, inscrits dans la loi de Finance.

Les terroristes ont bon dos 

La chasse aux « suspects »


mardi 12 avril 2011, par Claude-Marie Vadrot

/www.politis.fr/Les-deplacements-des-citoyens-sous,13752.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article