Les citoyens réticents à l'idée d'être jurés populaires

Publié le par desirsdavenirparis5


Le projet de loi instituant la présence de jurés populaires en correctionnelle est présenté mercredi 13 avril en conseil des ministres. La justice va donc devoir impliquer un nombre croissant de citoyens dans ses processus de décision. S’il s’agit d’un devoir civique auquel ils ne peuvent échapper, les Français redoutent « la responsabilité de juger »

Les appels n’arrêtent pas, comme à chaque début de session. « Encore un juré qui demande à être dispensé ! » soupire Claude, au tribunal correctionnel de Paris. Chargé des relations avec les citoyens appelés à siéger aux assises, le fonctionnaire a fini par trouver la parade : « À la question “Comment être rayé de la liste des jurés”, j’ai une réponse choc : “Il faut être à l’article de la mort”. » Un blanc s’ensuit en général, mais la conversation reprend très vite. Et pour un bon moment.
« Par-delà cette boutade, je prends le temps d’écouter chacun, promet l’intéressé. Les jurés ont mille questions à poser mais, au fond, ils attendent avant tout qu’on les rassure. » Il n’y a qu’avec les plus réfractaires que Claude brandit la menace d’une lourde amende en cas d’esquive. « En effet, mis à part quelques cas très particuliers, personne ne peut déroger à ce devoir civique. »

Pour se faire dispenser, tous les moyens sont bons

Refus d’endosser la responsabilité de juger  

Fonctionnaires, retraités et femmes au foyer

.
MARIE BOËTON

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article