Le rapport Ciotti est "émaillé de mensonges, contre-vérités et approximations"

Publié le par desirsdavenirparis5

  

 

Interview de Serge Portelli, 

Octave : N'êtes-vous pas surpris de la très grande clémence dont fait quasi systématiquement preuve le parquet dans les affaires concernant les politiques ?

Serge Portelli : Les poursuites exercées contre les hommes politiques sont récentes sur l'échelle de l'histoire. Elles commencent en France dans les années 1970. La classe politique avait jusque-là bénéficié d'une scandaleuse impunité. Les poursuites se sont donc multipliées contre des députés, des ministres. Ces dernières années, les juges d'instruction ont été beaucoup moins saisis par les procureurs de la République de ce type d'affaires, notamment parce que la délinquance économique et financière bénéficie de plus en plus d'une impunité. On ne peut que constater, effectivement, le peu d'empressement des procureurs de la République à poursuivre ce type d'affaires. Sauf lorsqu'un membre de l'opposition est visé. Il faut rappeler qu'en France, les procureurs de la République sont étroitement soumis à une hiérarchie et que la Cour européenne des droits de l'homme a jugé qu'ils ne constituaient pas une autorité judiciaire indépendante.

Alain :  Pouvez-vous nous décrire le rôle du juge d'application des peines : quel est son champ d'intervention, dans quelle mesure peut-il aménager une peine et de ce fait moduler la sanction infligée ?

 

Caty : N'y a-t-il pas des magistrats chargés de suivre quotidiennement (ou presque) les criminels libérés considérés

Iouno :  Est-ce possible de supprimer les réductions de peine, comme semble le vouloir M. Ciotti ?

Imre K. : Quels sont vos arguments pour vous opposer à la proposition de M. Ciotti de placer l'exécution des peines sous la responsabilité exclusive du parquet ?

Guest : Quel est le réel objectif du rapport Ciotti selon vous ?  

XXX :  La libération d'un détenu présente toujours un risque de récidive. Le prix à payer pour les libérations conditionnelles (quelques crimes par an ) n'est-il pas trop élevé ?

Alain : Pouvez-vous comparer le taux de récidive des anciens détenus ayant bénéficié de remise(s) de peine avec celui d'anciens détenus n'en ayant pas bénéficié ?

 

Romaindu26 :  Certains politiques appellent à " punir plus vite ", notamment les primo-délinquants, n'est-ce pas un obstacle au déroulement de la justice ?

 

Patrick : On assiste à une multiplication des erreurs judiciaires. Est-ce dû au sous-effectif judiciaire, à la mauvaise formation des magistrats, au manque d'éthique des magistrats ?

 

Datsmi :  Y a-t-il une différence dans l'application des peines entre Paris, les autres grandes villes et la province ?

 

Imre K. : Que pensez-vous du projet de rendre présents des "jurés populaires" aux côtés des juges d'application des peines?

 

Dubois : Comment grimpe-t-on dans la hiérarchie lorsque l'on est magistrat ?

 

Anon :  Que pensez-vous de la judiciarisation de l'hôpital psychiatrique ?

 

Patrick : L' échelle des peines est particulièrement courte en France. Trente ans de peine de sûreté pour les crimes les plus graves. Compte tenu de l'espérance de vie, ne faudrait-il pas porter cette peine à cinquante ou soixante ans?

 

Sand : pourquoi ne pas envisager de faire appel à des sociétés privées pour faire le suivi (sur le plan technique uniquement) des détenus libérés soumis a un contrôle ? 

Alain : Quelle est la signification de "perpétuité" en droit français ?

Miodo : Pensez-vous que le Parti socialiste offre une autre vision de la justice ?

 

axel :  L'application de la LOPPSI 2 se fait -elle déjà ressentir dans le monde de la justice ?

Cicéron  : Avant de s'intéresser à "l'exécution des peines" au travers des mesures de "réinsertion", le véritable problème ne reposerait-il pas tant sur la réforme de la procédure pénale et sur le manque de moyens des services judiciaires ?

 

Miodo : Si vous deviez en défendre une, quelle mesure de la justice "à la sauce Sarkozy" choisiriez-vous ? Les QPC ne sont-elles pas un pas dans le bon sens ?


LEMONDE.FR | 07.06.11 | 18h39  •  Mis à jour le 07.06.11 | 18h44

 

http://www.lemonde.fr/politique/article/2011/06/07/le-rapport-ciotti-est-emaille-de-mensonges-contre-verites-et-approximations_1533228_823448.html#ens_id=1508961

Commenter cet article