Le mensonge nucléaire[petit manuel antinucléaire]

Publié le par desirsdavenirparis5

Le nucléaire serait une énergie au coût de production raisonnable et rentable, une garantie d'indépendance, propre, sûre, recyclable, pacifique, écologique et démocratique, bref incontournable.

Il n'y a rien de plus faux, démonstration par les faits.

Il ne s'agira pas ici de nier les avancées objectives obtenues grâce à la recherche nucléaire médicale, physique ou fondamentale mais de dénoncer la prolifération "civile" et militaire dont la recherche n'a par ailleurs nul besoin.

Avant d'énumérer les principaux mythes et mensonges du nucléaire il faut en souligner encore l'aspect le plus démentiel. Celui où une "civilisation" pour s'assurer quelques décennies d'apprivoisement énergétique et un arsenal morbide, décide d'hypothéquer l'avenir des générations futures. Allant jusqu'à rendre possible et d'envisager au plus "haut niveau" un suicide global en guise de "stratégie".

 

N'est-il pas inquiétant d'écouter ceux qui sont censés maîtriser l'atome déclarer que le processus, dont le risque permanent, la contamination cumulative et irréversible ou la gestion des déchets, seraient sous contrôle par delà les dizaines, centaines de

millénaires ?  .

 Les réponses aux affirmations

Les dépenses directes provoquées par la catastrophe de Tchernobyl -à elle seule- dépassent le coût de construction de toute l’infrastructure nucléaire mondiale.


L'Académie des Sciences de New York estime que le nombre de décès à travers le monde attribuable aux retombées de l’accident de Tchernobyl, entre 1986 et 2004, est de 985 000, nous sommes en 2011.

  

Lors de la dernière enquête bisannuelle réalisée en 1991, 90% des Japonais désapprouvaient le nucléaire. Le gouvernement prit alors la sage décision d'abandonner…ces embarrassants sondages.

  

Au cœur de l'Europe, la Belgique -12 fois plus petite mais plus densément peuplée que le Japon qui compte 54 réacteurs- est couverte par plus de 20 réacteurs dont plusieurs obsolètes.

    

 

"Même avec une probabilité d’accident extrêmement faible : un accident seulement tous les 5 000 ans pour un réacteur, la probabilité d’accidents majeurs par année avec 443 réacteurs en service est de 8,48 %, c’est-à-dire un risque loin d’être négligeable."

 

Jusqu'en 1982 les déchets nucléaires militaires et civils –plus de 100.000 tonnes- furent déversées dans les profondeurs des océans. Plus de 2000 "essais nucléaires" militaires officiels ont déjà eu lieu sur la planète, le record de puissance établit dans l'atmosphère par les Russes, dépassait 50 Mt soit 3333 fois Hiroshima !

 

Les réacteurs dits "civils" produisent du plutonium nécessaire à l'arme atomique et l'enrichissement de l'uranium "civil" produit de l'uranium appauvri "militaire". Le nucléaire "civil" et militaire sont plus que liés, ils ne font qu'un.

 

 

La sortie du nucléaire est envisageable dès à présent et urgente ; prétendre le contraire révèle avant tout un choix de société et d'avenir fort discutable.

 

 

En Belgique les centrales nucléaires à peine remboursées par le contribuable furent aussitôt vendues au privé Français d'EDF. Depuis la note électrique belge flambe, ne cherchez pas l'erreur, il n'y en a pas. C'est une "logique" qui doit être combattue, ici et maintenant, partout et tout le temps.


 

"Grâce aux pastilles d'iode distribuées en cas d'accident nucléaires les populations exposées mourront de divers cancers respiratoires et cutanés, oui mais avec une thyroïde "saine" !" (15)


www.agoravox.fr/tribune-libre/article/le-mensonge-nucleaire-92830

Publié dans Ecologie-Environnement

Commenter cet article