«Le médecin, c'est vraiment si je suis à l'article de la mort»

Publié le par desirsdavenirparis5

 

par Jeanne Ferney

La dernière fois que Louise est allée chez le médecin, c'était il y a cinq mois. Après trois jours de fièvre, au bord de l'extinction de voix, elle se décide à prendre rendez-vous: «Et c'est parce que ma mère m'y a forcé», confie cette étudiante à l'université Paris II. Inconscience de la jeunesse? «Non, c'est trop cher», tranche la jeune femme.

Un constat que confirme l'enquête nationale sur la santé des étudiants, menée tous les trois ans par la Mutuelle des Etudiants (LMDE) et l'Ifop. L'étude, réalisée sur 8500 étudiants, souligne un accès aux soins de plus en plus difficile pour les jeunes. Sur les 8500 étudiants interrogés, 34% n'ont pas consulté ces douze derniers mois et 20% ont renoncé à un traitement pour des raisons financières.

«Personnellement, j'ai de la chance car mon médecin est conventionné et me facture la consultation à 22 euros», raconte Louise, 26 ans. «Mais je dois souvent attendre plus d'un mois avant d'être remboursée par la sécurité sociale et la mutuelle». Même son de cloche chez Céline, qui étudie la philosophie à la Sorbonne: «Je n'ai souvent pas les moyens d'avancer la consultation, ou alors cela me force à demander un chèque à mes parents. C'est gênant au bout d'un moment», confie-t-elle. Du coup, «elle attend que ça passe.»

Trop «ric-rac»

Arbitrages


www.liberation.fr/societe/01012339744-le-medecin-c-est-vraiment-si-je-suis-a-l-article-de-la-mort

Publié dans Santé-Sciences

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article