Le harcèlement sexuel, une réalité peu reconnue

Publié le par desirsdavenirparis5

 

D’après le code pénal français, « le fait de harceler autrui dans le but d’obtenir des faveurs de nature sexuelle est puni d’un an d’emprisonnement et de 15 000 € d’amende ».

.

En 2009, 78 condamnations ont été prononcées, d’après la chancellerie.

Pour les spécialistes, le phénomène reste largement sous-estimé. Avocats et associations réclament des sanctions plus dissuasives.

« Insidieux » et « progressif ». Voilà comment Maud (1) décrit ce qu’elle a vécu. Pendant un an, cette assistante de 30 ans a dû subir les assauts de son supérieur, sans trouver la force de le dénoncer. Il faut dire qu’au départ ce dernier se montrait très cordial avec elle, nouant une relation de confiance. « C’est lui qui m’a fait venir dans son service, ce qui représentait une promotion pour moi. Il a commencé par me faire des compliments, des confidences personnelles, il était attentif », raconte Maud. Puis l’homme s’est fait plus pressant.

« Il prenait n’importe quel prétexte professionnel pour me faire venir dans son bureau et, là, il m’assaillait de questions sur ma vie de couple, me parlait de ses frustrations sexuelles, jusqu’à me demander de coucher avec lui ». Devant son refus, l’homme accentue la pression, lui envoie des courriels pornographiques et va jusqu’à la menacer de mort.

« J’avais peur de lui », confie Maud, qui ne parle alors à personne de ce qu’elle subit sur son lieu de travail. « Il avait de l’ascendant sur moi, je ne voulais pas risquer une confrontation brutale. J’espérais qu’il allait se résigner », poursuit la jeune femme.

Selon l’ Association européenne contre les violences faites aux femmes au travail (AVFT), le témoignage de Maud est caractéristique. « Très souvent, le harceleur commence par se rapprocher de la victime, il la soutient, constate ainsi la déléguée générale, Marilyn Baldeck. Du coup, lorsque les choses basculent, les femmes doutent d’elles-mêmes, elles se disent : “Je me fais des idées”, ou : “J’ai dû mal me faire comprendre”, elles sont réticentes à se confier à leurs collègues qui voient dans cette relation un jeu de séduction. »

PLAN

« La limite entre séduction et harcèlement, c’est l’absence de consentement »

Le harcèlement, une “tentative de séduction maladroite” selon certains juges 

Un délit d’usure


MARINE LAMOUREUX 

www.la-croix.com/Actualite/S-informer/France/Le-harcelement-sexuel-une-realite-peu-reconnue-_EG_-2011-06-02-621222

Publié dans Femmes

Commenter cet article