"La privatisation du rail a déjà commencé ?!"

Publié le par desirsdavenirparis5

   Dans "F. G. V., faillite à grande vitesse", Marc Fressoz lance un cri d’alarme: en catimini, l'Etat est en train de confier au privé la gestion de nos voies ferrées, sur le modèle des autoroutes. Par Caroline Michel

  •  

La SNCF fête le 30e anniversaire du TGV samedi 24 septembre. Mais le coeur n'est pas à la fête pour tout le monde. Eclairage de Marc Fressoz, auteur de "F. G. V., faillite à grande vitesse".

Dans votre livre, vous poussez un coup de gueule : la privatisation du rail est en cours, écrivez-vous, et nous n’y avons vu que du feu…

- Les syndicats et les politiques étaient trop occupés à ferrailler avec Bruxelles pour freiner la libéralisation des chemins de fer. De ce point de vue, d’ailleurs, ils ont plutôt réussi. La France est l’un des pays d’Europe les moins ouverts à la concurrence, hormis dans le fret.

La privatisation est arrivée par là où on ne l’attendait pas : les voies. Pour financer les 2.000 kilomètres de lignes promises par le Grenelle de l’environnement, l’Etat, qui n’a plus un sou en caisse, doit faire appel à des capitaux privés.

Tous les projets qui démarreront après 2016 ont été confiés à des concessionnaires. On y retrouve les mêmes acteurs que dans les autoroutes : Vinci, Eiffage et peut-être, demain, Bouygues.

Vous affirmez que les partenariats public-privé qui ont été signés, les "PPP", l’ont été au seul profit des grands groupes. L’Etat s’est-il fait avoir ?

Les élus sont-ils si naïfs ? Pourquoi ont-ils accepté ?

Est-ce que cela veut dire que les prix des billets risquent d’augmenter ?

 

Interview de Marc Fressoz, auteur de "F. G. V., faillite à grande vitesse" (Cherche-Midi, 22 septembre) par Caroline Michel - Le Nouvel Observateur

Publié le 19-09-11 à 18:56    Modifié le 20-09-11 à 08:49     par Le Nouvel Observateur

tempsreel.nouvelobs.com/actualite/economie/20110919.OBS0654/la-privatisation-du-rail-a-deja-commence.html

Publié dans Economie

Commenter cet article