La gauche molle et le monstre doux

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Poussiéreuse, déprimante et ringarde, la gauche doit à présent faire face à un ennemi renouvelé qui professe le fun et flatte nos tendances narcissiques: bienvenue dans l’ère du Monstre doux.

 

La littérature sur les idées de gauche est «aussi haute qu’une montagne», écrit Raffaele Simone (1)… Il aurait pu ajouter que la littérature de gens de gauche critiquant la gauche commence à peser sacrément lourd. Alors que la droite se porte bien, merci, son ennemie de toujours n’en finit pas de se lamenter sur ce qu’elle était, ce qu’elle voudrait être, ce qu’elle aurait dû ne jamais être, et ce qu’elle risque de devenir…

En référence à la situation de la gauche italienne, Simone déplore une réalité qu’on peut généraliser à notre propre gauche: «A chaque pas nouveau du processus, le patrimoine de gauche a perdu –pour ainsi dire– un degré d’alcool, devenant ainsi plus insipide et aqueux.» Le répertoire des idées à gauche s’est progressivement vidé. Quant au peuple de gauche, celui qu’elle défendait au départ –les classes populaires–, il a lui aussi déserté. Il faut dire qu’il est devenu, pour l’auteur, tout simplement «insortable».

PLAN

«L’incomparable petitesse intellectuelle et créative» de la gauche
Infantilisation
La vie est-telle de droite ?

« 

Jean-Laurent Caselly

Le Monstre doux, L’Occident vire-t-il à droite? Gallimard, coll. «Le Débat», 178 p., 17, 50 €

http://www.slate.fr/story/30265/gauche-molle-et-monstre-doux

__________________________________________________________
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article