L’école est la grande affaire des classes populaires

Publié le par desirsdavenirparis5

 

L’école est une préoccupation majeure pour l’ensemble de la société, mais beaucoup plus encore pour les classes populaires, confrontées qu’elles sont à la contradiction particulièrement douloureuse qui se noue pour elles entre leurs aspirations à la franche réussite de leurs enfants et l’échec massif qu’ils subissent. Aussi, l’école est devenue une très grande affaire populaire aux enjeux sociaux et politiques considérables.

En 1962, chez les ouvriers, 15 % des parents souhaitaient que leurs enfants atteignent le bac. Ils étaient 88 % en 2003. Or, 22 % des enfants d’ouvriers obtiennent un bac général, quand c’est le cas pour 72 % des enfants de cadres.

Toutes les décisions prises par la droite vont dans le sens d’une aggravation de cette situation, par la destruction progressive et systématique des bases sur lesquelles l’éducation nationale s’est construite. La disparition de la carte scolaire, la fin du collège unique, de la formation des enseignants, le socle commun, l’autonomisation des établissements… sont autant de mesures destinées à définir les tâches d’une nouvelle école : produire les « compétences de base » du « capital humain » dont ont besoin les exigences capitalistes d’employabilité à un pôle et les hautes qualifications réservées aux mêmes à un autre............

 

JANINE REICHSTADT PROFESSEURE, COFONDATRICE DU GROUPE 
DE RECHERCHES SUR LA DéMOCRATISATION SCOLAIRE.

/www.humanite.fr/tribunes/l’ecole-est-la-grande-affaire-des-classes-populaires-480108

Commenter cet article