« Il est question du destin de la France »

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Voici ci-dessous une contribution militante sur le débat entre les candidats à la primaire citoyenne (à laquelle tous les Français peuvent voter), que j’ai trouvée très intéressante Jean Louis bianco

« Après le premier débat télévisé entre candidats socialistes à l’investiture présidentielle, inutile de s’attarder sur la prose des commentateurs habituels. Leur horizon se limite aux petites phrases, aux tenues vestimentaires et aux pronostics sondagiers. Sur la politique, rien ou tellement peu que cela serait navrant si ce n’était juste désespérément répétitif…

Pourtant il est question du destin de la France. Il est question de décider à qui confier la tâche immense de battre Nicolas Sarkozy, puis de remettre debout un pays qui dérive dans l’angoisse et la peur, de redonner une espérance aux classes moyennes et populaires, de surmonter l’une des plus graves crises du capitalisme… Excusez du peu !

Oui, il est question de confier le pays à un leader solide, à la pensée juste, à la main ferme, à la détermination inébranlable.
Il est question que ce leader soit capable de mettre en mouvement les forces vives de la nation : la jeunesse, les quartiers populaires, les petits entrepreneurs, les enseignants, le personnel de santé, les policiers, les seniors délaissés.

Il est question de bâtir une nouvelle frontière, celle de la croissance verte, pour que le pays soit plus sûr, plus propre, plus indépendant, plus souriant, plus riche.

Il est question d’une grande mutation de civilisation, accomplie dans le respect réciproque et
dans la confiance mutuelle retrouvée.

Il est question d’exemple venu d’en haut, de mettre fin aux liaisons incestueuses entre la
politique et les affaires, de participation des citoyens à la vie de la cité.

Il est question de dire ce qu’on fait et de faire ce qu’on dit.

Pour tout cela, il faut que les citoyens sachent sur quels leviers chaque leader veut s’appuyer pour réussir une telle transformation.

Tous évidemment se réclament d’une bonne gestion (bien qu’une seule l’ait abondamment prouvé dans sa Région).

Tous évidemment se réclament de la croissance verte (mais une seule l’a entreprise).

Tous se prétendent dévoués (mais une seule s’est appliquée à elle-même le non-cumul des mandats).

Bref, on pourrait multiplier les exemples, mais il y a bien plus important.

Une seule a compris que le nœud du problème est l’asservissement des Etats à la logique financière internationale, cette Guerre de Trente Ans conduite depuis Thatcher et Reagan à l’échelle mondiale par les puissances de l’argent pour vider les Etats de leurs ressources, donc pour priver les peuples de la protection de la solidarité collective.

Une seule est capable de s’attaquer avec fermeté au cancer de la puissance financière qui asservit nos pays, désindustrialise nos contrées et mène au déclin et au désespoir.

Ségolène Royal est celle-là.

C’est pourquoi elle ne se disperse pas dans les petites phrases et dans l’arrogance, mais est toute entière concentrée à expliquer ce combat décisif pour mobiliser demain toutes les forces de la Nation afin de le mener et de le gagner.

Carlo Gnecchi »

19 septembre 2011

www.depresdeloin.eu/

Publié dans Ségolène Royal

Commenter cet article