Encadrement militaire éducatif des mineurs délinquants : 5 ans de perdus

Publié le par desirsdavenirparis5

Réagissant à l’annonce du Président de la République sur l’encadrement militaire, Ségolène Royal a souligné que le dispositif annoncé est une « reconnaissance pour les solutions efficaces et justes » qu’elle porte. La proposition du chef de l’Etat ne concernera que 200 mineurs délinquants alors que chaque année plus de 200 000 faits de délinquance sont commis par des mineurs. Ce n’est donc qu’un effet d’annonce.

Ségolène Royal a rappelé que « sur ces 200 000 faits, 150 000 font l’objet de poursuites judiciaires. Moins de la moitié (70 000) donne lieu à un jugement tandis que 80 000 donnent lieu à des alternatives aux poursuites qui, pour 67% d’entre elles, sont de simples rappels à la loi. Cela veut dire concrètement que 53 000 faits de délinquance commis par des mineurs ne donnent lieu qu’à un rappel à la loi, ce qui est une forme d’impunité ».


Pour être efficace dans la lutte contre la délinquance des mineurs, il faut des solutions nouvelles pour prendre en charge les primo-délinquants. « La délinquance des mineurs a augmenté de 19% depuis 2002. Les Français sont fatigués des effets d'annonce, ils veulent des actes » a-t-elle insisté. C’est pourquoi elle a pris l’engagement que, dès 2012, 5000 jeunes seront concernés par l’encadrement militaire éducatif.


Cette proposition ne doit pas être isolée des autres propositions d’une politique alternative efficace en matière de sécurité car il y a trois propositions :

- sanction précoce avec encadrement militaire des jeunes délinquants,

- création d’une véritable police judiciaire de quartier,

- prévention précoce avec des cellules de veille éducative, en lien avec l’éducation nationale. Le plus efficace est le repérage précoce de l’absentéisme, du décrochage scolaire.


Ségolène Royal n’a pas manqué d’ironiser en rappelant les propos de Nicolas Sarkozy qui en 2006 avait dit au sujet de cette proposition « je suis parfois un peu étonné des propositions que fait Madame Royal, si l’avenir des jeunes est d’être pris en mains par l’armée, pourquoi pas. Mais je ne le pense pas.  Si on pense que la solution aux problèmes c’est de tenir des propos aussi incompétents, c’est son choix ».


Une fois encore, la compétence est du côté de Ségolène Royal et c’est elle qui a vu juste.


En conclusion Ségolène Royal a souligné que « ce qui est important c’est que les idées fassent leur chemin. J’en vois beaucoup d’autres, contestées en 2007, et qui sont reprises aujourd’hui ».

L'Equipe de Ségolène Royal

Commenter cet article