Diplomatie: "La France ne connaît plus le Maghreb"

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Guère étonnant que les révolutions arabes aient tant surpris ambassadeurs et politiques. Mal financée, peu écoutée, la recherche dans le domaine des relations internationales fait, en France, figure de parent pauvre.

Pourquoi la France n'a-t-elle pas vu venir le "printemps arabe"? Le conservatisme inhérent à la diplomatie a sans doute pesé: "Les diplomates, reconnaît l'un d'eux, se méfient naturellement du mouvement." Mais ce n'est pas tout. A Paris, les politiques peinent à prendre en compte des analyses ou des points de vue qui ne "cadrent" pas avec leurs choix et leurs certitudes (voir l'interview d'Olivier Roy en encadré).  

"Sans doute avons-nous sous-estimé le degré d'exaspération de l'opinion publique face à un régime policier et dictatorial", reconnaissait il y a quelques semaines Alain Juppé, à propos de la Tunisie. Un troisième facteur touche autant les diplomates que les politiques: leur désintérêt pour le travail de terrain des chercheurs.  

Khadija Mohsen-Finan et Pierre Vermeren, deux enseignants chercheurs, spécialistes du Maghreb, dressaient au début de l'année un constat sévère dans une lettre ouverte publiée sur le site Web de L'Express: "La France ne connaît plus le Maghreb ni ne se donne les moyens de le connaître", déploraient-ils. Avant de dénoncer une inertie et un conformisme qui rendent "inaudible" par les plus hautes autorités de l'Etat toute "voix hétérodoxe".  

Fondateur et patron de l'Institut de relations internationales et stratégiques (Iris), Pascal Boniface partage ce point de vue: "Il y a une méfiance traditionnelle des responsables gouvernementaux et des structures ministérielles à l'égard des think tanks. Tout ce qui n'est pas strictement gouvernemental est considéré le plus souvent comme une source de perturbation."  

1000 chercheurs allemands en relations internationales, contre 200 en France...

..
www.lexpress.fr/actualite/monde/diplomatie-la-france-ne-connait-plus-le-maghreb_993294.html
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article