} Cumul des mandats : Ségolène Royal a raison de tacler Hollande et Montebourg

Publié le par desirsdavenirparis5

 

LE PLUS. "Vous allez me dire encore que je titille les autres candidats", a déclaré Ségolène Royal sur Canal+. Et pour cause, elle a reproché à deux de ses rivaux, François Hollande et Arnaud Montebourg, de cumuler les mandats de député et de président de conseil général. Au-delà de la bataille pour la primaire socialiste, le débat sur ce thème mérite d'être ouvert.

 

Voilà une double bonne nouvelle.

Non seulement le Sénat vient d’élire un président socialiste pour la première fois de l’histoire de la Ve République, mais en plus, ce président, Jean-Pierre Bel, est le défenseur des non-cumulards.

Ce qui, vous en conviendrez est particulièrement rare dans la classe politique française pour le noter, au moment où tout candidat putatif à la future élection présidentielle parle d’intégrité et de morale en politique…

Comme je l’ai noté dernièrement dans un article sur ce problème endémique de la gauche concernant le non-cumul des mandats, dans les rangs des candidats à la primaire PS, à l’exception de Ségolène Royal, c’est, hélas, le "faites ce que je dis, pas ce que je fais" qui l’emporte.

En cumulant les mandats, les hommes politiques français sont un réel frein à la parité et au renouvellement de la classe politique et au-delà, au bon fonctionnement de la démocratie.

Car en matière de cumul des mandats, la France est "championne d’Europe".

Un titre dont nous nous passerions volontiers, non ?

 

C’est ainsi que 10% des parlementaires allemands cumulent un autre mandat, 13% au Royaume-Uni, 15% en Espagne, 16% en Italie et… 82% en France. Ces quelques chiffres parlent d’eux-mêmes.

 

 

 

> Par Paul Tian Fait diversier   Edité par Amandine Schmitt   Auteur parrainé par Benoît Raphaël

leplus.nouvelobs.com/contribution/199010;cumul-des-mandats-segolene-royal-a-raison-de-tacler-hollande-et-montebourg.html

Publié dans Elections-Non cumul

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article