Conflits d'intérêts : l'embouteillage

Publié le par desirsdavenirparis5



Dès qu'on soulève une pierre, c'est la joie. Vous avez peut-être entendu ce week-end que le procureur général de Versailles, Philippe Ingall-Montagnier, ayant pris le temps de la réflexion, ayant consulté les plus hautes sommités de la Science Juridique, s'apprêterait donc à envisager d'enquêter sur d'éventuelles évasions fiscales de Liliane Bettencourt. Vous l'avez lu dans toute la presse du matin (à l'exception, comme le relève Gilles, du Figaro, qui ne souhaite pas démoraliser ses lecteurs). Vous avez lu entre les lignes que cette enquête pourrait amener Florence Woerth à être entendue par la Justice. Vous en aurez peut-être déduit tout seuls que cette information n'était peut-être pas étrangère à la double d émission, annoncée en catastrophe dimanche soir, du bâtisseur du Var, et de l'amateur de Havanes, double démission qui, en effet, occupe la plupart des Unes, en ce lundi matin.

Or, que nous rappellent opportunément Les Echos ? Que le procureur général de Versailles Ingall-Montagnier, celui-là même qui au terme d'une longue "analyse juridique", a conclu qu'il y aurait peut-être matière à enquêter sur l'évasion fiscale de Bettencourt, serait une bonne connaissance de Patrice de Maistre et de...Liliane Bettencourt. Du moins de Maistre, dans une conversation de l'époque où il espérait faire capoter le procès intenté à Bettencourt par sa fille, s'en vantait-il. "En première instance on ne peut rien faire de plus, mais si vous perdez en cour d'appel on connaît très très bien le procureur. » La transcription est certes ambiguë. Où est la virgule ? Après "perdez", ou après "en Cour d'appel" ? N'empêche. En voilà un, ce procureur général, qui risque de se trouver en situation de conflit d'intérêt. On l'espère aussi fondamentalement honnête que Woerth. Et on espère que cette absolue honnêteté lui permettra de gérer au mieux cette situation délicate.

D'autant que le procureur général se trouve apparemment en prise avec une autre situation tout aussi délicate. Le président du sénat Gérard Larcher, également maire de Rambouillet, est visé par une plainte pour avoir sous-évalué , dans ses déclarations, le montant de ses indemnités d'élu. Le parquet général va-t-il ouvrir une enquête pour faux en écriture publique ? Coïncidence, il se trouve que l'épouse du procureur général, Magali Ingall-Montagnier, est depuis 2009 conseillère du président du Sénat, pour les questions de Justice. Fortunes et infortunes de la vie conjugale. Dès qu'on soulève une pierre...

Daniel Schneidermann

Notre ressource UNIQUE : vos abonnements. Pour vous abonner, c'est ici

Publié dans Morale-Moeurs-Loi

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article