Comment Wall Street a échappé à la prison

Publié le par desirsdavenirparis5

«Tout est bousillé et personne ne va en prison. Toute votre histoire est là. Bon Dieu, vous n’avez même pas besoin d’écrire la suite! Ecrivez juste ça. [...] Vous pouvez arrêter votre article là-dessus.»

Ces mots prononcés par un enquêteur du Sénat américain devant une bière, dans un bar de Washington, ouvrent l’article consacré aux investigations sur la crise financière par Matt Taibbi, du magazine Rolling Stone, qui s’était notamment fait remarquer en 2009 en comparant la banque Goldman Sachs à une «pieuvre géante».

Ce dernier ne s’est pas «arrêté là-dessus», puisque son article se poursuit sur plusieurs pages:

«Personne ne va en prison. C’est le mantra de cette crise financière, qui a vu à peu près toutes les grandes banques et sociétés financières de Wall Street entraînées dans des scandales financiers indécents, qui ont appauvri des millions de personnes et détruit des centaines, des milliers de milliards de dollars de richesse —et personne n’est allé en prison. Si ce n’est Bernard Madoff, un flamboyant et pathologique artiste de l’escroquerie, dont les victimes se trouvaient être d’autres personnes riches et célèbres.»

«Mécanisme de protection des délinquants» //////«Ils l'ont déjà oubliée, et bientôt vous aussi»

Publié dans Capitalisme-crise- G20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article