Chine, Jamaïque: le capitalisme rêvé

Publié le par desirsdavenirparis5

Ils ont tendu des filets partout. Pour permettre aux 80 000 ouvriers de cette usine chinoise de Shenzhen près de Canton de jouer au tennis ou au volley ball ? Pas du tout. Mais pour empêcher les salariés de la société Foxcon, sous-traitant électronique dont la direction est à Taïwan, de se jeter des toits de leur dortoir. 10 d’entre eux, en effet, se sont suicidés de cette façon en quelques semaines. Migrants de l’intérieur, chassés des campagnes, ils travaillent douze heures par jour, sont payés 100 euros par mois, ne bénéficient d’aucune protection sociale et ne disposent d’aucun syndicat pour les défendre. Vous voulez savoir pourquoi la Chine dite « communiste » qui fascine tant les néo-libéraux pour qui elle est devenue un modèle est devenu le paradis des grandes entreprises délocalisatrices ?
 

Publié dans Capitalisme-crise- G20

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article