Ces quartiers « sensibles » que personne ne voit

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Où sont les quartiers dits « sensibles », ces « zones de non-droit », tant vantées dans les médias ? Nul ne sait. Et les chiffres qui circulent sont tous différents. Comme si la relégation d’une partie de la population n’était pas une chose sérieuse.

 

Le titre est accrocheur : « 40 quartiers aux mains des voyous ». Mercredi, France Soir a fait sa Une les quartiers les plus en proie à la violence. L’actualité récente que ce soit à Sevran ou à Corbeil-Essonnes a remis une énième fois la question des banlieues sur la table. La droite, Claude Guéant en tête, a d’ailleurs bien compris le bon filon en vue de 2012. Nicolas Sarkozy lui-même, de son Kärcher contre la cité des 4000 à La Courneuve à la nomination de son chouchou Christian Lambert comme préfet de Seine-saint-Denis, en passant par sa sortie sur les « racailles » sur la dalle d’Argenteuil, a voulu se faire passer pour l’homme qui rétablirait la paix dans les banlieues. Au vu de toutes ces gesticulations, on pourrait s’attendre à ce que les autorités aient une liste précise de ces « quartiers où la police ne va plus » afin d’apporter des réponses ciblées à la délinquance.


Mais ce n’est pas le cas. Les derniers chiffres plus ou moins officiels n’ont rien à voir avec les 40 quartiers de France Soir.....   23 quartiers ou villes « exposés de façon récurrente aux violences urbaines ». 

Pas de chiffres récents
Faille du renseignement

.

/www.marianne2.fr/Ces-quartiers-sensibles-que-personne-ne-voit_a207156.html

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article