Ben Ali, un ami si généreux

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Séjours offerts, voiliers, hôtels somptueux, pendant plus de 20 ans, les élites politico-médiatiques ont profité des largesses du régime Ben Ali, fermant les yeux sur le l'aspect dictatorial et répressif. Un aveuglement complice qui explique largement la lenteur des réactions diplomatiques françaises au moment du déclenchement de la révolution de Jasmin. Dans Tunis et Paris, les liaisons dangereuses, les journalistes Nicolas Beau et Arnaud, reviennent sur cette histoire d'amour tragique.

« Chez nous, c’est une stagiaire qui suit le dossier tunisien », voilà ce qui fut dit à Nicolas Beau en 1999 lors d’une conversation avec un des grands patrons des services de renseignements français. « Circulez, y’a rien à voir », tout va bien, la Tunisie est un pays ami. Dans Tunis et Paris, les liaisons dangereuses, un livre court  qui fourmille d’anecdotes éclairantes sur l'ambiguïté des relations entre les deux pays.


Les journalistes Nicolas Beau et Arnaud Muller pointent particulièrement la diplomatie française, l’ambassadeur Pierre Ménat « totalement acquis au régime Ben Ali » en prend pour son grade : « les innombrables séances de karaoké que cet aimable émissaire organisait constituent le seul exercice où il laissera un souvenir à Tunis ». Moins féru de karaoké, son homologue américain, dans des notes révélées plus tard par Wikileaks décrivait, lui, le caractère « quasi mafieux » de l’Etat tunisien.

PLAN  

Longuet et Jean-Marc Sylvestre sur un voilier aux frais du prince 
Des autorités politiques parfaitement informées des dérives du régime
  .

Régis Soubrouillard - Marianne | Mardi 31 Mai 2011 à 12:01 | Lu 2870 fois

www.marianne2.fr/Ben-Ali-un-ami-si-genereux_a206821.html

Publié dans Afrique

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article