Banlieues, de l’autre côté de la frontière

Publié le par desirsdavenirparis5

 

  •  

Regards a confié sa rubrique « En campagne » à l’historien Olivier Le Cour Grandmaison. Etape au Blanc Mesnil (Seine-Saint-Denis), occasion d’évoquer les obstacles qui se dressent face aux « jeunes de banlieue » à qui on dénie l’accès à la capitale.

 

A quinze minutes environ du centre historique de Paris – que des millions de touristes français et étrangers arpentent avec la joie de la découverte –, Le Blanc Mesnil donc. Une banlieue géographiquement très proche. Un monde à part en fait, séparé de la capitale par une distance sociale immense et par de nombreuses frontières invisibles que les plus pauvres et les plus jeunes franchissent somme toute rarement, et toujours, pour les seconds, avec appréhension.

Face à la « Plèbe »

Etranges frontières en vérité car elles ne fonctionnent que pour ces « populations », comme beaucoup le disent en usant de ce terme qui exprime, avec une concision remarquable, un mépris de classe et une xénophobie euphémisés. Ainsi s’établit une distinction majeure entre le « nous » supérieur des locuteurs – ces Français racinés, sûrs de leur bon droit et de leur appartenance à ce pays dont ils estiment être les seuls citoyens légitimes –, et la « plèbe » inférieure et menaçante ainsi désignée, et stigmatisée.

« Plèbe » contre laquelle il faut mobiliser d’importants moyens langagiers, législatifs et policiers pour la maintenir à sa place, sur le plan symbolique et géographique. Tels sont les impératifs de la défense de l’ordre que d’aucuns disent « républicain  » alors qu’il prospère sur les inégalités, les discriminations et la relégation, c’est-à-dire sur les violations graves et réitérées des principes supposés être au fondement de cette société.

Respectabilité

Péage symbolique

Stigmates

Présumés coupables

Par Olivier Le Cour Grandmaison| 25 juillet 2011

www.regards.fr/societe/banlieues-de-l-autre-cote-de-la

Publié dans Enfants-Jeunes-Vieux-

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article