Au PS, à qui profite le scandale DSK

Publié le par desirsdavenirparis5

L'ancien patron du FMI était le grand favori des sondages pour 2012. Avec sa sortie du jeu, les cartes sont rebattues au PS.

                

Et maintenant ? Dominique Strauss-Kahn, qui était jusque-là tout-puissant dans les sondages pour 2012, qui apparaissait comme le seul socialiste en mesure de battre Nicolas Sarkozy, comme le seul à pouvoir éviter à la gauche un nouveau 21 avril, sort du jeu. Soupçonné d'agression sexuelle, tentative de viol et séquestration à New York, DSK, qui bénéficie de la présomption d'innocence, ne semble pas en mesure de se sortir de cette affaire avant le 13 juillet, date de fin du dépôt des candidatures à la primaire PS. Les cartes sont donc rebattues (voir notre dossier spécial : le PS en route vers 2012).

Martine Aubry, l'heure du choix

La patronne du PS était dans un pacte avec DSK. Ils avaient décidé de ne pas se présenter l'un contre l'autre dans le cadre de la primaire PS. La donne change de fait. Aubry, poussée depuis longtemps à se lancer dans la bataille par de nombreux élus - le groupe Solferino 2012 -, n'a a priori plus de raison de ne pas être candidate. Un de ses soutiens constate dimanche : "Soit elle y va, soit elle n'y va pas et elle laisse le champ libre à Ségolène Royal et François Hollande .......

François Hollande, le vainqueur .

Ségolène Royal en solitaire

Arnaud Montebourg cherche nouveau rival.

Manuel Valls et les autres... 


Le Point.fr - Publié le 15/05/2011 à 19:57 - Modifié le 16/05/2011 à 10:09

www.lepoint.fr/politique/election-presidentielle-2012/au-ps-a-qui-profite-le-scandale-dsk-15-05-2011-1331040_324.php

Publié dans DA-PS

Commenter cet article