AP-HP Chambres à 45 euros par nuit !!! Les médecins protestent

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Dans une lettre envoyée à la Directrice générale de l’Assistance publique- Hôpitaux de Paris, plusieurs centaines de praticiens hospitaliers protestent et ne joueront pas le jeu des « chambres première classe payantes à 45 euros par nuit »

 Cette expérimentation de facturation de chambres individuelles testée dans  cinq hôpitaux parisiens depuis le début de l’année est : « contraire à l’éthique professionnelle… c’est une décision injuste… et inapplicable… » Inapplicable, car : «  que se passera-t-il lors du transfert d’un malade d’un service avec chambre non payante à un autre avec chambre payante ?... Nous imaginons mal que l’on puisse mettre dans une chambre à plusieurs lits un malade atteint de tuberculose ou même simplement suspect d’avoir une grippe… Et nous n’imaginons pas revenir aux paravents de notre jeunesse pour isoler le mourant de la vue des autres malades.

 Les praticiens hospitaliers ne veulent pas être chargés de vérifier si les patients ont les moyens d’assumer les 45 euros quotidiens supplémentaires.

De même, ils ne veulent pas que leurs hôpitaux se muent en cliniques privées : « Lorsque l’hôpital ressemblera à une clinique commerciale, quelles seront alors les raisons pour les médecins et les chirurgiens de rester à l’hôpital public, alors qu’ils pourraient gagner deux à trois fois plus en clinique privée ? »

La lettre se termine en fermant la porte à toute discussion : la décision du siège de l’AP-HP « ne pourra pas être appliquée ».

 

 

 

DÉFENSE DE L’ACCÈS AUXSOINS

GRAND RASSEMBLEMENT à PARIS le 2 JUILLET

À la Bourse du Travail

 

La Coordination Nationale de défense des Hôpitaux  et Maternités de proximité, à l’occasion de ses16èmes Rencontres organisées le week-end dernier à Ivry sur Seine de donner une suite au mouvement du 2 Avril, où se sont mobilisées 107 Associations, Syndicats et Partis politiques autour du thème « Notre santé en danger »

Les organisateurs prévoient de « reprogrammer une journée nationale d’action, axée autour du problème de la dépendance et de l’autonomie. Pourquoi pas cet automne, à l’occasion de l’examen du PLFSS » comme le déclare Michel Antony président de la Coordination

Publié dans Santé-Sciences

Commenter cet article