À Cancún, tout se passe dans la rue

Publié le par desirsdavenirparis5

 

Un an après Copenhague, seuls une vingtaine de chefs d’État participent à la conférence sur le réchauffement climatique. Paysans, syndicalistes et écologistes latino-américains dénoncent le « capitalisme vert ». José Bové, Cécile Duflot et Martine Billard se sont rendus au contre-sommet français sur le climat, à Cancon.

C’est un théâtre simple et saisissant qui s’est joué à Cancún depuis dix jours. Côté cour, c’est l’intérieur d’un palace retranché. Une nuée de délégués issus de quelque 190 pays s’y agitent au chevet d’une machinerie boursouflée de sous-groupes, à la recherche du millième compromis capable de déplacer une virgule qui fâche dans un texte perclus d’acronymes. Au nom d’une ambition qui s’est brutalement dégradée depuis la conférence onusienne de Copenhague l’an dernier : la priorité n’est plus de lutter contre le dérèglement du climat, mais de s’y adapter. 

www.politis.fr/A-Cancun-tout-se-passe-dans-la-rue,12412.html

 

Publié dans Ecologie-Environnement

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article