Les trois Parques et le maître

Publié le par desirsdavenirparis5

LA CHRONIQUE JUDICIAIRE DE ANNE JUNK
Lundi 23 Février 13 heures 30

Le président :Madame Mokrycki, on vous reproche durant les périodes de 1994/95 et de 1998 /99 de manœuvres frauduleuses de plusieurs  ordres
-    Inscriptions indues sur les listes électorales contre promesses de logements et ou d’emplois.
-    Transmissions de dossiers faux
-     Participation aux réunions de remise des cartes à de faux électeurs
-    Faux votes par procuration
Madame Mokrycki, directrice de cabinet de Jean Tibéri « j’ai appris ça par les gendarmes... Je n’ai jamais vu de dossiers, je n’ai rien fait, je n’appartenais pas au bureau des élections, je n’étais pas au courant.
Le président cite des témoignages de gens  qui, lui  demandant un logement, se sont vs proposer par elle  une carte d’électeur :
Madame Mokrycki : oui j’ai rencontré une dame, mais nous avons parlé de New York …Et j’ai transmis sa demande de logement. Je suis allée quelquefois  au bureau des élections. Je rencontrais des habitants du V° qui avaient déménagé dans le V° et qui s’inquiétaient de ne pas recevoir leurs cartes. Ce fut le cas de la séance de triage de cartes en 1994. Il y avait bien Monsieur et Madame Tiberi au cours de ce triage de cartes. Mais je n’ai rien vu. Je ne sais pas ce que sont devenues les cartes enlevées des 25 ou 29 boites.
Le président : vous êtes bien une militante RPR. Quelles étaient vos activités ?
 Madame Mokrycki j’allais dans les immeubles, je distribuais des tracts rarement, je remplissais des enveloppes pour des invitations à des concerts. 
 Devant les nombreux témoignages qui  accusent Madame Mokrycki, celle-ci raide dans son tailleur pantalon bleu marine ne fait que répondre : « je ne sais pas, je ne connais pas ces personnes, je ne comprends pas, je n’ai pas d’explication, c’est une erreur. » ,

Le président fait appeler à la barre Madame Affret  1e adjointe : vous avez pris votre part de responsabilité puisque vous avez, reconnu que certaines demandes de fausses cartes d’électeurs sont de votre main. Et le président lit la longue liste des faux électeurs : des amis des Tibéri rencontrés à La Baule, un boulanger du XV, une vieille dame partie en Bretagne 
Sautillante et virevoltante Madame Affret précise
«, je ne me souviens pas de lui, en revanche ceux-ci étaient du même village…Je veux bien reconnaître que j’ai écrit, c’est mon écriture. » Mais en minaudant elle avoue « je ne peux pas m’accuser de tout, je ne peux pas accuser des gens, je ne sais pas qui a trouvé les adresses, je ne sais pas qui transporte les cartes. Non, non je ne peux pas accuser les autres. Trop c’est trop. » Et, à ce moment rouge de confusion, elle se tourne vers les Tibéri.
Le président  si ce n’est pas vous c’est Monsieur et Madame Tibéri ? Est-ce Monsieur Nentien ?
Madame Affret il était au courant, alors pourquoi n’a t il pas mis tous ces papiers  à la poubelle ? Cela nous aurait évité d’être là !(Grands éclats de rire dans la salle)
Le président : qui faisait les mailings, qui apellait les faux électeurs pour qu’ils n’oublient pas de voter, qui recopiait les vraies adresses ?
Madame Affret pas moi, pas moi, pas moi…..
Le président, vous avez reconnu avoir commis des faux. Pour qui et pourquoi ?
Madame Affret :on ne se pose pas de question. Je suis arrivée et j’ai continué à faire ce que les autres faisaient avant. De toute façon, je ne suis pas responsable de gens qui ne disent rien. Toutes ces personnalités sont au courant. Moi, je travaille, j’ai beaucoup travaillé. C’est pas drôle de dépenser tout cet argent pour les avocats …
Le président avez-vous recruté des hébergeants pour des faux électeurs ? Est-ce que ce travail était bien coordonné ?
Madame Affret oui j’ai demandé à des gens d’être hébergeant. Mais on n’en serait pas là si on avait fait un suivi sérieux !
Le président relit les témoignages variés de gens qui l’accablent d’avoir faits des faux, d’avoir cherché des hébergeants, d’avoir remis des fausses cartes, d’avoir organisé le travail des petites mains  « allez lâchez-vous, on n’attend que ça. »
Madame Affret se redresse outrée et les pommettes rouges de confusion « vous n’allez pas me faire dire n’importe quoi ! Je ne suis pas l’organisatrice de la fraude. »
Le procureur collaborer, c’était ça ou la porte. En tant qu’adjoint, vous avez une indemnité.
Madame Affret « j’aurais fait des ménages. Le contact me plaît. Mais ce n’est pas moi qui ai donné des instructions. De toute façon j’ai entendu que ce système existait dans tout Paris. De toute façon, je pars, je viens. Si Madame Tibéri était avec moi, c’est qu’elle devait être là.
Le procureur :votre nièce travaillait avec vous et elle a rapporté une discussion houleuse entre vous et Madame Tibéri aux sujets de ces inscriptions.
Madame Affret je ne peux parler à la place de ma nièce. À qui profite ce système ? Je pense que quand Monsieur Chirac….il fallait avoir tous les sièges à la Mairie  …  là Madame Affret rouge de confusion s’arrête, puis continue : « JE VAIS ME RETROUVER AVEC DEUX BALLES DANS LA PEAU .

À 17 heures, c’est au  tour de Madame Tibéri de répondre aux questions du Président
Le président rappelle les témoignages qui accusent Madame Tibéri de manoeuvres frauduleuses.Il cite les très nombreux témoins à charge.
Madame Tibéri :je n’ai jamais rien donné, rien écrit, rien transmis, rien demandé à quiconque.  .Je n’ai rien vu, rien entendu. Ceux qui disent le contraire mentent. D ’ailleurs l’histoire est truffée de complots. Pour atteindre Tibéri, on essaie de m’atteindre moi. D’abord je suis Corse, je suis très fière. Quand j’ai lu sur le dossier qu’il y aurait eu des promesses d’avantages  je voulais déposer plainte. Ils sont venus dans le V° pour nuire à Tibéri.
Le président : pour vous, il n’y a pas de mobile, pas de crime  et pourtant il y a 193 cadavres cad des faux électeurs
Madame Tibéri : dans l’euphorie, ils ont inscrit quelques personnes.
Le président, vous avez hébergé vous-même des faux électeurs comme  le docteur Casanova
Madame Tibéri scandalisée «et alors c’est le cousin de Tibéri , il voulait voter pour son cousin !
Au fur et à mesure,   la liste des témoignages s’allonge.
Madame Tibéri  toutes ces parties civiles vont être récompensées par la Mairie actuelle ! Tous ces témoins mentent  ils me détestent. S’il y a eu de faux électeurs, c’est que le bureau des élections n’a pas fait son travail. De toute façon Tibéri a toujours était élu du 1er tour. Le but de ces accusations, c’est qu’on devienne malade qu’on aille à Sainte-Anne.

Voici largement résumés les dires de la femme du chef. Elle  adopte le rôle de la victime expiatoire.

Quand vient le tour du  maire du V° arrondissement, il se redresse plein de morgue et nie à son tour toute implication dans ces basses manœuvres. Au sujet de l’ancienneté du système qui a dû être mis en place du temps de Monsieur Comiti
:
Monsieur Tibéri  jamais, jamais je n’ai été tenu au courant de rien.
Le président qu’allait faire votre épouse à la mairie ?
Monsieur Tibéri Je n’en sais rien. Quant aux fonctionnaires de la Mairie qui m’impliquent, ils mentent tous. De toute façon, vous ne trouverez jamais quelqu’un qui m’accuse, car il n’y a aucun  élément  matériel, aucune preuve.
Le président pourtant il y a une note de votre main adressée à Madame Affret, que nous a confiée Monsieur Nentien  Après les élections, vous  lui  demandez : qui a voté parmi les nouveaux inscrits ? parmi ceux qui ont obtenu des logements ? Parmi les sympathisants RPR? Parmi les Juifs , parmi les Corréziens ? 
Monsieur Tibéri c’est une note qui concerne tout Paris à la demande des élus des autres arrondissements.
Le procureur mais pourquoi adressez-vous cette note à Madame Affret alors que cela concerne dites-vous tout Paris. En tant que responsable du RPR  est-ce qu’il n’y a pas de personnel dans votre parti pour ce genre d’enquêtes ?

Pour aider son client ou pour justifier ses honoraires maître Herzog se lance avec force effets de manches sur un questionnement tous azimuts sur les différentes élections et les recours depuis 2001.

Il est 19 heures trente, la nuit est tombée sur Paris, la fontaine Saint-Michel scintille...   
 

 

 
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article