Au procès Tiberi, une cigarette qui fait tousser la partie civile

Publié le par desirsdavenirparis5

PARIS, 24 fév 2009 (AFP)

        Excédée par les accusations des autres prévenus, Xavière Tiberi s'est éclipsée mardi quelques minutes du tribunal correctionnel de Paris pour aller fumer une cigarette, un privilège contre lequel s'est insurgée la partie civile.

        "Devant tant de contradictions, devant tant d'utopie, devant tant de mensonges, je vous demande de sortir cinq minutes, parce que je n'en peux plus. Ce sont des lâches à qui mon mari a tout donné", s'est lamentée l'épouse de Jean Tiberi.

        "Si vous le permettez, monsieur le président, je préfère sortir (...) le temps de fumer une cigarette", a-t-elle poursuivi, théâtrale.

        Pris de court, le président Jean-Paul Albert l'a autorisée à quitter la salle d'audience, provoquant l'indignation de Me Antoine Comte, avocat de plusieurs parties civiles.

        "Je ne connais pas d'exemple" de ce type où on laisse un prévenu sortir pour fumer une cigarette!, a-t-il déploré, dénonçant "la complaisance" du tribunal à l'égard d'une des parties.

        Cet incident est survenu en pleine confrontation. Pour la première fois, le tribunal a en effet organisé une confrontation générale entre les onze prévenus soupçonnés d'avoir participé à une fraude électorale dans le Ve arrondissement de Paris dans les années 1990.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article